La France compte sur un film de Bollywood pour attirer les touristes indiens

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 11H54, publié le 06/12/2016 à 11H41
Ranveer Singh et Vaani Kapoor dans "Befikre", d'Aditya Chopra

Ranveer Singh et Vaani Kapoor dans "Befikre", d'Aditya Chopra

© Yash Raj Films

Avec une fréquentation étrangère en forte baisse à cause des attentats, la France espère conquérir le coeur des touristes indiens toujours plus nombreux grâce à un allié de circonstance inespéré : une comédie romantique de Bollywood tournée en France.

Superproduction glamour et musicale dont l'usine à rêves de Bombay a le secret, "Befikre" ("Insouciants" en hindi, un film signé Aditya Chopra), dans les salles obscures indiennes vendredi, est présenté par ses promoteurs comme le premier film de Bollywood entièrement tourné dans l'Hexagone.
 
Chorégraphies au pied du pont parisien Alexandre III, sur le toit de l'opéra Garnier, bain de soleil sur les plages de la Côte d'Azur, ébats au grand hôtel Westin près de la place Vendôme... C'est dans un décor de France de carte postale que se déroule une histoire d'amour entre Dharam (la jeune star  montante de Bollywood Ranveer Singh) et Shyra (l'actrice Vaani Kapoor). Les deux jeunes Indiens vivent à Paris, insouciants. Quand leurs chemins se croisent, ils décident de sortir ensemble à une seule condition : ne jamais tomber amoureux.
"Befikre", film indien d'Aditya Chopra


Le cinéma, premier prescripteur de voyages pour la classe moyenne

Ambassadeur de France en Inde, Alexandre Ziegler a toutes les raisons de se frotter les mains : un film de Bollywood, "ça vaut toutes les campagnes de communication du monde", dit-il à l'AFP. "L'impact du cinéma sur le rêve que l'on se fait d'une destination imaginaire et l'envie de découvrir, dans un pays comme l'Inde, est absolument majeur", explique-t-il. Alexandre Ziegler, "c'est sans doute le premier prescripteur de voyages aujourd'hui pour la classe moyenne indienne".
 
Loin derrière les touristes japonais et chinois, 524.000 Indiens ont visité  la France en 2015, nombre encore modeste mais en progression rapide qui permet de talonner la Suisse, destination européenne favorite des Indiens.
 
"C'est une clientèle résiliente aux craintes sécuritaires", note Sophie Lacressonnière, directrice marketing d'Atout France, agence de promotion du tourisme en France.
"Zindagi Na Milegi Dobara" a attiré des touristes indiens en Espagne


Déjà un effet Bollywood en Espagne et en Suisse

Avant les Français, d'autres pays européens avaient eux aussi goûté à  l'"effet Bollywood". L'Espagne a vu doubler ses arrivées de touristes indiens en 2012, année qui  avait suivi la sortie du road movie à succès "Zindagi Na Milegi Dobara" ("On ne  vit qu'une fois"), voyage pittoresque de trois copains à travers le pays pour un enterrement de vie de garçon.
 
Quant à la Suisse, elle est ancrée de longue date dans l'imaginaire des voyageurs indiens. Ses sommets enneigés et ses paisibles villages avaient été immortalisés par les films cultes du mythique réalisateur bollywoodien Yash Chopra, décédé en 2012.

Contactées l'hiver dernier par les concepteurs de "Befikre", les autorités  françaises se sont activées pour essayer de satisfaire les demandes de la production et s'adapter au frénétique rythme de tournage indien.

Un carton attendu pour "Befikre 

Avec une classe moyenne en pleine expansion, les Indiens sont chaque année plus nombreux à partir à l'étranger. Si seuls quelque 20 millions d'entre eux - sur le 1,2 milliard d'habitants que compte le pays - ont voyagé hors du  territoire en 2014, ils pourraient représenter 50 millions de touristes en 2020. Longtemps focalisées sur le voisin chinois, les grandes destinations touristiques internationales s'intéressent désormais de plus en plus à ce marché en germe, au potentiel énorme.
 
Pour la France, dont l'industrie touristique a senti la note salée des attaques jihadistes, le carton attendu au box-office de "Befikre" est donc une aubaine qui tombe à pic.
 
Sur les écrans en Inde depuis le vendredi 2 décembre en Inde, il sort aussi en France le 9 décembre, dans quelques rares salles.