La comédie "Atomic Falafel" sur les tensions avec l'Iran fait le buzz en Israël

Par @Culturebox
Mis à jour le 28/08/2015 à 10H37, publié le 28/08/2015 à 10H33
Dans le centre de Tel Aviv, une affiche géante annonce l'ouverture d'une ambassade d'Iran. Elle fait partie de la campagne de promotion de la comédie "Atomic Falafel" (27 août 2015).

Dans le centre de Tel Aviv, une affiche géante annonce l'ouverture d'une ambassade d'Iran. Elle fait partie de la campagne de promotion de la comédie "Atomic Falafel" (27 août 2015).

© Ahmad Gharabli / AFP

"Atomic Falafel", une comédie israélienne évoquant les tensions nucléaires avec l'Iran, qui doit sortir le 10 septembre en Israël, a créé le buzz grâce à une mystérieuse affiche géante annonçant l'ouverture d'une ambassade d'Iran à Tel-Aviv.

"L'ambassade d'Iran en Israël va bientôt ouvrir ici", proclamait depuis une semaine une affiche géante au centre de Tel-Aviv, ornée de deux drapeaux, israélien et iranien, et d'un numéro de téléphone. Ceci alors que les deux pays ont rompu leurs relations diplomatiques depuis 1979 et que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu ne cesse de dénoncer une "menace" iranienne.
 
Intrigués par l'affiche mystérieuse, les internautes ont multiplié les hypothèses sur les réseaux sociaux : annonce de l'ouverture d'un restaurant de spécialités iraniennes ? Appel d'associations en faveur d'un dialogue avec la République islamique ? Projet artistique ?
 
Jeudi, les producteurs d'"Atomic Falafel", un film évoquant avec humour les  peurs et les tensions sur le nucléaire entre l'Iran et Israël, ont révélé être à l'origine de l'affiche et d'un coup publicitaire pour promouvoir ce long métrage réalisé par Dror Shaul ("Sweet Mud", 2006).

Une comédie contre l'ultra-militarisme

La comédie raconte la rencontre virtuelle de deux jeunes filles, une Iranienne et une Israélienne, vivant dans des villes dotées de sites nucléaires. Elles se partagent des secrets d'Etat afin d'éviter un affrontement voulu par l'ancienne génération des deux pays ennemis.
              
Le réalisateur, auteur dans le passé de clips électoraux pour un parti de la gauche israélienne, présente le film comme un divertissement sans prétention et se dit animé d'intentions pacifiques.
              
"Il s'agit d'une comédie sarcastique et satirique se moquant de l'ultra-militarisme", a expliqué le producteur israélien du film Avraham Pirchi.
 
Benyamin Netanyahu et une grande majorité des responsables politiques israéliens  condamnent l'accord récemment signé en juillet entre l'Iran et les grandes  puissances, ses clauses n'étant pas, selon eux, suffisamment strictes pour empêcher l'Iran de se doter de l'arme nucléaire et de s'en servir contre Israël.