L'hommage des techniciens du cinéma à Galabru au Trophée César & Techniques

Par @Culturebox
Publié le 05/01/2016 à 10H18
Michel Galabru au Festival de Cannes 1977

Michel Galabru au Festival de Cannes 1977

© AFP

Réunis à l'occasion du 6e trophée César & Techniques, plusieurs centaines de techniciens de cinéma ont rendu hommage, lundi soir 4 janvier, à Paris, avec une minute de silence à la mémoire de Michel Galabru.

Une minute de silence à la mémoire de Michel Galabru a été observée par les techniciens du cinéma réunis à l'occasion du 6e trophée Cesar & Techniques le 4 janvier au soir. "Un immense comédien nous a quittés. Michel Galabru a rempli nos coeur de rires, mais il était capable aussi de jouer des drames. En 1977, cet immense artiste et figure du cinéma français a reçu le César du meilleur acteur pour "Le Juge et l'assassin". Après plus de 250 films et téléfilms, il laisse un grand vide", a déclaré Alain Terzian, président de l'académie des Arts et Techniques du Cinéma et aussi de l'Union des producteurs de films.

Le trophée César & Techniques 2016

Le trophée Cesar & Techniques récompense chaque année une société française de prestation technique du 7e art, cheville ouvrière de la fabrication des films pour les  tournages aériens, la post-production image et son, ou les effets spéciaux.

Le trophée 2016 a distingué la société M141, spécialisée dans l'étalonnage et la post-production, qui a contribué à la réalisation de nombreux films dont "Dheepan" de Jacques Audiard, Palme d'or au Festival de Cannes 2015, mais aussi "Timbuktu" de Abderrahmane Sissako, récompensé par 7 César, la même année.

Un prix spécial a été décerné à la société française Titra Film, spécialiste internationale depuis 1933 du sous titrage mais aussi de l'audio-description.

La 41e cérémonie des César se déroulera le 26 février au théâtre du Châtelet, en direct et en clair sur Canal+.

"Relocalisation" des tournages en France

Se félicitant de la refonte récente du crédit d'impôt pour les dépenses de tournage et de post-production effectuées en France, Alain Terzian a estimé par ailleurs "qu'il n'y a plus de raison que les films français se délocalisent à l'étranger". "Les délocalisations ont mené les prestataires techniques français au bord de graves périls. Les tournages du cinéma français doivent réintégrer la France !", a-t-il insisté en annonçant le début du tournage ce 5 janvier, en France, de "Valérian", le prochain film de Luc Besson, avec un budget de 170 millions  d'euros.

Le producteur et réalisateur du "Grand bleu" a été l'un des premiers à se mobiliser pour obtenir du gouvernement de nouvelles règles du crédit d'impôt afin de limiter les délocalisations de tournage pour des avantages fiscaux étrangers.