Golden Globes : 3 récompenses pour "American Bluff", "La Vie d'Adèle" bredouille

Par @Culturebox
Mis à jour le 13/01/2014 à 10H30, publié le 13/01/2014 à 09H16
Amy Adams, Bradley Cooper et Jennifer Lawrence, acteurs de "American Bluff" de David O. Russell, trois fois récompensé aux 71 Golden Globes (12 janvier 2014)

Amy Adams, Bradley Cooper et Jennifer Lawrence, acteurs de "American Bluff" de David O. Russell, trois fois récompensé aux 71 Golden Globes (12 janvier 2014)

© Kevin Winter / Getty Images North America / AFP

"American Bluff" de David O. Russell est le grand vainqueur des 71e Golden Globes, avec trois récompenses. "12 Years a Slave" de Steve McQueen sauve l’honneur in extremis avec un seul trophée, alors qu’il était nominé sept fois. Les rêves de trophées français se sont évanouis malgré les promesses de "La vie d'Adèle" et de Julie Delpy.

La cérémonie, organisée par l'Association de la presse étrangère à  Hollywood (HFPA), a distingué Leonardo DiCaprio pour son rôle dans "Le loup de Wall Street" de Martin Scorsese. Il a reçu le Golden Globe du meilleur acteur dans une comédie ou un film musical.
 
Eclipsant Sandra Bullock, Judi Dench, Emma Thompson et Kate Winslett, Cate Blanchett a été sacrée meilleure actrice dans un film dramatique pour son rôle dans "Blue Jasmine" de Woody Allen.
 
"American Bluff", une comédie mettant en scène de faux artistes engagés comme informateurs par le FBI dans les années 1970 pour participer à une opération anti-corruption, est le grand gagnant de la soirée.
 
Déception pour "Twelve Years a Slave"
Sélectionné sept fois, il a finalement remporté trois récompenses : le Golden Globe de la meilleure comédie ou film musical, et les Golden Globes de la meilleure actrice dans un film musical ou une comédie et du meilleur second rôle, respectivement pour les actrices Amy Adams et Jennifer Lawrence, éclipsant les espoirs de Julie Delpy ("Before Midnight").
 
Pourtant sélectionné aussi dans sept catégories, "Twelve Years a Slave", l'histoire vraie d'un Noir libre enlevé et vendu comme esclave aux Etats-Unis dans la période avant la Guerre civile, n'a remporté qu'une seule récompense, le Golden Globe du meilleur film dramatique.
 
"La vie d’Adèle" repart bredouille
Le Globe du meilleur film en langue étrangère est revenu au long métrage italien "La Grande Bellezza", qui concourait notamment contre "La Vie d'Adèle" d'Abdellatif Kechiche.
 
La statuette du meilleur réalisateur a été attribuée au Mexicain Alfonso Cuaron pour "Gravity", l’histoire du combat d'une scientifique qui se retrouve seule dans l'espace, jouée par Sandra Bullock.
 
Les trophées d'interprétation dramatique masculins sont allés à Matthew  McConaughey (acteur principal) et Jared Leto (second rôle) pour leurs rôles de  malades du sida luttant contre leur mort annoncée au début de la pandémie, dans  "Dallas Buyers Club". Matthew McConaughey a rappelé que le projet, réalisé par Jean-Marc Vallée, avait été "rejeté 86 fois. Personne ne voulait y mettre le moindre sou".
 
Un prix spécial pour Woody Allen
Côté télévision, les grands gagnants de la soirée sont la série culte "Breaking Bad" (meilleure série dramatique et meilleur acteur pour Bryan Cranston) et le téléfilm de Steven Soderbergh "Ma vie avec Liberace" (meilleur téléfilm et meilleur acteur pour Michael Douglas).
 
Michael Douglas, qui interprète Liberace avec un brio déjà récompensé aux Emmy Awards, a salué son partenaire à l'écran, Matt Damon, "l'acteur le plus courageux et le plus talentueux avec lequel (il a) travaillé".
 
Le palmarès des Golden Globes n’annonce pas toujours celui des Oscars, notamment pour ce qui est du meilleur film. Mais l’an dernier, le Globe du meilleur film dramatique, "Argo" de et avec Ben Affleck, avait aussi obtenu l'Oscar du meilleur film.
 
Dans les récompenses spéciales, Woody Allen, 78 ans, a reçu le prix "Cecil B. DeMille" pour sa contribution au monde du spectacle. Connu pour son aversion à ce genre de cérémonie, il avait envoyé l’actrice Diane Keaton, pour le représenter.