Fête du cinéma : pour Luc Besson, "la véritable émotion, c'est dans la salle"

Par @Culturebox
Publié le 16/06/2017 à 14H42
Luc Besson président de la Fête de la musique 2017

Luc Besson président de la Fête de la musique 2017

© ANGELA WEISS / AFP

Parrain de la fête du cinéma qui se tient du 25 au 28 juin, le réalisateur Luc Besson a défendu vendredi les salles de cinéma, là où est "la véritable émotion", sans prendre position cependant sur la polémique Netflix, lors d'une conférence de presse à Saint-Denis.

"Moi, si on me dit cinéma je pense grand écran et salle de cinéma. Je trouve que la télé, le dvd c'est formidable mais c'est le deuxième passage, c'est la rediffusion. La véritable émotion c'est dans une salle. J'ai des souvenirs de 30 ans, de fous rires de de Funès en salles. Je suis incapable de vous dire ou j'habitais il y a 30 ans, je suis capable de vous dire dans quelle salle j'étais en me marrant devant de Funès", a-t-il raconté.

Extraits de "Valérian" à découvrir pendant les séances de la fête du cinéma

Il ne s'est pas prononcé en revanche sur la polémique Netflix qui a marqué le Festival de Cannes: le refus de la plateforme américaine de sortir ses deux films présentés en compétition officielle en salles en France. "Je n'ai pas suivi, je suis en train de terminer mon film", "Valérian et la Cité des milles planètes", a-t-il dit en réponse à une question.

Adaptée de la bande dessinée créée par le scénariste Pierre Christin et le dessinateur Jean-Claude Mézières, cette superproduction de près de 200 millions d'euros, soit la plus chère de l'histoire du cinéma hexagonal, avec Dane De Haan, Cara Delevingne, Clive Owen ou encore Rihanna, doit sortir le 21 juillet en Amérique du Nord et le 26 juillet en France.
Pendant les quatre jours que durera la fête du cinéma, avant chaque séance, les spectateurs français "pourront découvrir un contenu exclusif de cinq minutes de mon film", a annoncé Besson. La fête du cinéma propose pendant quatre jours des séances au tarif de 4 euros. "Sincèrement, je ne connais aucun spectacle de deux heures qui coute 5/6 euros quand on a une carte", a dit le réalisateur du "Grand bleu", interrogé sur le prix des places.