Trois questions à Thierry Frémaux sur Catherine Deneuve et le Festival Lumière

Par @Culturebox
Publié le 07/10/2016 à 17H08
Thierry Frémaux, directeur de l'Institut Lumière et délégué général du Festival de Cannes (2015)

Thierry Frémaux, directeur de l'Institut Lumière et délégué général du Festival de Cannes (2015)

© BERTRAND GUAY / AFP

Thierry Frémaux, directeur de l'Institut Lumière et délégué général du Festival de Cannes, s'est prêté au jeu des trois questions-réponses sur Catherine Deneuve, invitée du Festival Lumière, qui se déroule à Lyon du 8 au 16 octobre et sur la programmation de la manifestation phare consacrée aux films de patrimoine.

QUESTION: Qu'a apporté Catherine Deneuve au métier d'actrice selon vous?
REPONSE: "Elle a montré que la liberté ne doit jamais se négocier. Sa  liberté personnelle et artistique est immense. Sans jamais user du moindre  artifice médiatique, elle est parvenue à affirmer une personnalité et une  conduite, pour une carrière en tous points exemplaire. Elle a réinventé la  condition de femme et redéfini les codes liés au star-system."   
Blow Up sur Arte : "C'est quoi Catherine Deneuve ?"
    Q: Le festival consacre une rétrospective à Marcel Carné: quelle trace  a-t-il laissé dans le cinéma?
    R: La trace de Marcel Carné est gigantesque. Il a laissé des longs métrages  qui font partie du patrimoine mondial. Le film qui pour moi symbolise le mieux  son cinéma est +Le Jour se lève+. Mais comment passer sur +Les Enfants du  Paradis+? Carné est aussi victime de ses plus grands succès: la plupart du  temps, il n'est associé qu'aux films dont Jacques Prévert était le scénariste.  Or, il a réalisé de nombreux longs métrages sans le grand poète, dont +Hôtel du  Nord+, écrit par Henri Jeanson. Nous avions aussi envie de revoir ses films  d'après-guerre."
   
    Q: Dans quelle mesure la programmation du festival dépend-elle des  restaurations?
    R: "Nous vivons une époque formidable où les films sont restaurés,  ressortent en salles, en DVD. L'histoire du cinéma est comme la devanture d'une  pâtisserie: il n'y a qu'à se servir, et c'est ce que nous faisons. Le festival  Lumière dit l'actualité des restaurations de films. Il s'est de surcroit doté  d'un marché du film classique pour accueillir tous les professionnels qui  travaillent dans ce secteur dans le monde. Sa programmation expose donc les  dernières restaurations et parfois même, les suscite. Mais nous aimons aussi  organiser des hommages en dehors de toute contrainte."

Propos recueillis par Benoît PAVAN (AFP)