Festival du court métrage de Clermont-Ferrand : les attentes du jury

Par @Culturebox
Mis à jour le 08/02/2016 à 18H25, publié le 08/02/2016 à 12H18
Le 38e festival du court-métrage de Clermont-Ferrand se tient jusqu'au 13 février 2016 

Le 38e festival du court-métrage de Clermont-Ferrand se tient jusqu'au 13 février 2016 

© Thierry Zoccolan / AFP

Le 38e festival du court-métrage de Clermont-Ferrand présente cette année 166 films en compétition. Un challenge important pour les membres des différents jurys qui doivent voir jusqu'à 80 films. Tous prennent leur rôle très à coeur et, comme tout le monde, ils veulent avant tout être surpris et émus. Rendez-vous le samedi 13 février 2016 pour connaître le verdict.


Après les États-Unis et la Chine, la Suède est à l'honneur du 38e festival international du court-métrage qui s'achèvera le 13 février 2016.
Au total, 166 oeuvres sont présentées au public. Pour le jury, qui doit faire son choix entre 81 films de la compétition Internationale, et 57 dans la compétition nationale, c'est une semaine de projection intensive qui a débuté. 

Rencontre avec l'actrice kosovare Arta Dobroshi, membre du jury international et la réalisatrice Leyla Bouzid, membre du jury national. 

Reportage : Valérie Mathieu, Laurent Pastural, Laurent Bortolazzo, Gilles Malfray

Le monde entier se croise à Clermont

Le festival dont la notoriété a dépassé les frontières, attire chaque année plus de 150 000 spectateurs. Cette volonté internationale, portée par sa programmation et par le jury convié aux compétitions a séduit Arta Dobroshi. Pour l'actrice kosovare révélée en 2008 par les frères Dardenne dans "Le silence de Lorna", le principal dans un film (long ou court), "c'est la beauté de l'histoire". 

Cette édition présente une quarantaine de court-métrages suédois. Des films à l'humour "grinçant, acide et décalé", selon les organisateurs.

Un honneur énorme

Membre du jury de la compétition nationale, Leyla Bouzid, devra faire un choix entre 57 films projetés. La réalisatrice qui connait bien le festival de Clermont en tant que candidate, prend son rôle très au sérieux. "Je connais l'enjeu pour un réalisateur d'être à Clermont donc c'est un énorme honneur et une responsabilité que je prends à coeur", confie-t-elle

"A peine j'ouvre les yeux", le premier long métrage de la cinéaste d'origine tunisienne, sera projeté en sa présence au cinéma le Rio vendredi 12 février 2016.

L'espace et la Suède

Le festival du court métrage de Clermont-Ferrand propose une série spéciale Star System. Des films sur l'espace où les cinéastes font preuve de beaucoup d'inventivité avec souvent peu de moyens.
La série Suède est aussi un petit régal pour les spectateurs à la recherche d'un humour un peu décalé.
Reportage : Valérie Mathieu, Laurent Pasturel, Laurent Bortolazzo et Didier Robert