Le Festival du court métrage de Clermont : "Regards d'Afrique" entre humour et gravité

Par @Culturebox
Mis à jour le 07/02/2017 à 14H58, publié le 07/02/2017 à 14H56
La sélection "Regards d'Afrique" du festival du court métrage de Clermont-Ferrand propose dix films du grand continent

La sélection "Regards d'Afrique" du festival du court métrage de Clermont-Ferrand propose dix films du grand continent

© France 3 / Culturebox

Jusqu'au 11 février 2017, la programmation du Festival International du court-métrage de Clermont Ferrand propose un focus sur le cinéma africain. Des rives de la Méditerranée aux montagnes de l'Afrique du sud, de l'Ethiopie au Maroc, le programme montre la production cinématographique du grand Continent dans toute sa diversité.

Pour la deuxième année, le festival international du court métrage de Clermont-Ferrand met à l'honneur le cinéma africain. 
Le programme "Regards d'Afrique" présente 10 films courts réalisés et produits sur tout le continent. 

Un continent en pleine mutation

A tarvers les dix films présentés au festival de Clermont-Ferrand, les programmateurs ont souhaité témoigner d'une Afrique au coeur des sujets de société. 
Si certains films traitent de sujets dramatiques et réels, d'autres évoquent avec humour des situations absurdes où les habitants doivent trouver des solutions de débrouille. 


Reportage : C. Fallas / R. Beaune /  F. Aussourd  / B. Ordas 
 

La gravité des situations

Parmi les dix films de "Regards d'Afrique" beaucoup traitent avec gravité de la réalité. 
Le film éthiopien "Im  Hapanim Lakir" d'Alamork Davidian réalisé en coprodcution avec Israël raconte l'histoire de Surni qui se réveille dans un centre d'intégration en Israël. Elle refuse de quitter le lit. Dans son inquiétude, sa mère trouve comment faire le deuil de leur vie en Éthiopie et de tout ce qu'elles ont laissé derrière elles. 

Avec "El Bayda", les réalisateurs marocains Alaa Akaaboune et Ayoub Lahnoud plongent dans les quartiers sordides de Casablanca.
Faits divers, prostitution, fragments de vie forment un tableau abstrait et réaliste à la fois. "Pendant le tournage on était sous pression, même si rien ne nous est arrivé", se souvient  Ayoub Lahnoud. 
"El Bayda", film marocain réalisé par Alaa Akaaboune et Ayoub Lahnoud

"El Bayda", film marocain réalisé par Alaa Akaaboune et Ayoub Lahnoud

© France 3 / Culturebox / capture d'écran

Le film projeté en première mondiale à Clermont-Ferrand, ne sera pas présenté au Maroc : la censure l'a privé d'écran. "C'est horrible de faire un film et de savoir qu'il restera au tiroir", déplore encore le réalisateur. 

Humour africain

La sélection "Regards d'Afrique" montre aussi des films où l'humour tient une place importante. 
A l'image du court métrage marocain "Tikitat-A-Soulima" qui  raconte l'histoire d'un petit garçon de 11 ans qui va tout faire pour aller voir "Spider man 3" contre l'avis de sa mère. 

Réalisé par Jonathan Mason et Hamid Saidji "L'échappée" aborde avec dérision le parcours d'Hocine, un chauffeur de taxi à Alger qui se rêve grand photographe en Italie. Pour se faire la main, il capture les visages des habitants et rencontre des personnages pittoresques.
"L'échappée" réalisé par Jonathan Mason et Hamid Saidji

"L'échappée" réalisé par Jonathan Mason et Hamid Saidji

© France 3 / Culturebox / capture d'écran

"On voit souvent des films sur l'Afrique où les gens veulent partir mais on parle rarement des raisons pour lesquelles certains veulent rester", soulignent les réalisateurs. 

Pour compléter ce focus, le Crous de Clermont-Ferrand, propose jusqu'au 11 février une exposition de l'artiste Hyppolyte sur les enfants de Kinshasa.
Un reportage en BD sur les 40 000 enfants des rues de la capitale du Congo, souvent abandonnés après avoir été accusés de sorcellerie.

-> A suivre toute l'actualité du 39e festival du court métrage de Clermont-Ferrand sur le site dédié de France 3 Auvergne