[DEAUVILLE] "War Story" : état de guerre morphique

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 10/09/2014 à 11H45, publié le 05/09/2014 à 15H09
Catherine Keener dans "War Story" de Mark Jackson

Catherine Keener dans "War Story" de Mark Jackson

© IFC Films

Réalisateur, scénariste, producteur et acteur, Mark Jackson est apparu pour la première fois à l'écran en 1987 dans "Bad Taste" le premier film déjanté de Peter Jackson. "War Story", en compétition, est son deuxième long métrage après "Without" (2012). Il bénéficie ici des fortes présences de Catherine Keener ("New York Melody"), en femme photographe de guerre aguerrie, et de Ben Kingsley.

La note Culturebox
2 / 5                  ★★☆☆☆

De Mark Jackson (Etats-Unis), avec : Catherine Keener, Ben Kingsley, Hafsia Herzi, Vincenzo Amato - 1h28

Synopsis : Photographe de guerre, Lee a passé une grande partie de sa vie dans les zones de conflits les plus meurtrières du globe. Plutôt que de retourner à New York après avoir été prise en otage en Libye et y avoir subi des sévices, elle choisit de se rendre dans un petit hôtel de Sicile pour s'isoler et évacuer à sa façon son « stress post-traumatique ». Elle y croise Hafsia, une jeune immigrée tunisienne qui cherche à tout prix à rejoindre la France, et qui ressemble à s'y méprendre à une jeune Libyenne que Lee a photographiée juste avant son enlèvement...
"War Story" : la bande-annonce

Bonnes intentions
Sur un beau sujet, celui d’une femme photographe de guerre qui s’implique au-delà de témoigner sur les conflits qu’elle couvre, Mark Jackson s’enlise dans un film "arty", comme s’il voulait souligner un statut d’auteur, en multipliant les stigmates d’une telle revendication. Il cosigne son scénario avec Kristin Gore, qui n’a pas fait grand-chose, et réalise un film prétentieux, d’un ennui à perdre la raison.

Le complexe de l’observateur est bien connu. "War Story" montre une femme photographe de guerre qui, du statut d’observatrice va intervenir dans le champ d’un de ses "sujets" : une jeune fille, qu’elle croit reconnaître avoir prise en photo auparavant, ce pourquoi, elle va l’aider à se sortir de sa condition.

Très mal amenée, l'intrigue est aussi très mal écrite, mal aboutie. Lee, Catherine Keener, vue dans "New York Melody" ou "All About Albert", change pour un registre autre que la comédie. Cela lui va très bien, mais elle est mal servie par un script inepte et une réalisation ad hoc. L’erreur majeure repose sur le choix de mise en scène de Mark Jackson. Le sujet est beau, l’actrice est à sa place, mais l’écriture et l’esthétique à côté de la plaque.

Ben Kingsley dans "Was Story" de Mark Jackson

Ben Kingsley dans "Was Story" de Mark Jackson

© IFC Films

Soporifique
Pourquoi faire de Lee une ancienne otage des islamistes ? Pourquoi reconnaît-elle en Hafzia (Hafzia Hefzi), une jeune fille photographiée en Libye ? Pourquoi s’acharne-t-elle à la sortir d’Italie vers la France ? Le script ne fonctionne pas, rien n’est cohérent. Il le pourrait, mais il manque des portes pour entrer dans ces intrigues à tiroirs qui n’ont  pas de tenue, aucun sens entre elles.

De plus, Mark Jackson enquille les longs plans fixes et plans séquence formels, sans intérêt, sur une musique lancinante plombante, pensant peut-être y engouffrer des non-dits subtils. Toujours est-il que l’ensemble s’avère laborieux. Ni esthétique, ni vertueux, "War Story" passe totalement à côté de ses ambitions et plombe l’ambiance d’un désintérêt soporifique.