[DEAUVILLE] "No Pain No Gain" : Bay et Wahlberg, c'est "Fargo" à Miami !

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 10/09/2013 à 16H31, publié le 28/08/2013 à 16H00
Mark Wahlberg dans "No Pain No Gain" de Michael Bay

Mark Wahlberg dans "No Pain No Gain" de Michael Bay

© Paramount Pictures France

"No Pain No Gain" s’inspire de l’histoire incroyable mais vraie de trois kidnappeurs amateurs qui, à la recherche d’une vie meilleure, se retrouvent embarqués dans une série d’actes criminels qui dégénèrent rapidement… Un petit air de "Fargo" à Miami.

De Michael Bay (Etats-Unis), avec : Mark Wahlberg, Dwayne Johnson, Ed Harris, Anthony Mackie - 2h09 - Sortie : 9 septembre 2013

Synopsis : À Miami, Daniel Lugo, coach sportif, ferait n’importe quoi pour vivre le « rêve américain » et profiter, comme sa clientèle fortunée, de ce que la vie offre de meilleur : maisons de luxe, voitures de course et filles de rêve… Pour se donner toutes les chances d’y arriver, il dresse un plan simple et (presque) parfait : enlever un de ses plus riches clients et… lui voler sa vie. Il embarque avec lui deux complices, Paul Doyle et Adrian Doorbal, aussi influençables qu’ambitieux.

Miroir aux alouettes
Etonnant de voir le pape des blockbusters Michael Bay (“Transforners ", "Pearl Harbor", "Armageddon"…) s’intéresser à un fait divers qui a défrayé la chronique dans les années 90 aux Etats-Unis. Une histoire d’enlèvement foireuse planifiée par une bande de bras cassés pathétiques, plus drôles les uns que les autres, embringués dans une histoire qui les dépasse.
"No pain, No Gain" : la bande-annonce
Petit mec frustré, coach dans une salle de musculation de Miami, Mark Wahlberg transmet bien l’envie de son personnage de sortir de sa condition. L’introduction du film, qui commence en fait par la fin de son parcours, est d’une puissance hors limite, à la Michael Bay, qui lui convient parfaitement. La suite est un retour en arrière pour expliquer comment il en est arrivé là. Le voyage vaut le détour.
Anthony Mackie et Mark Wahlberg dans "No pain, No Gain" de Michael Bay.

Anthony Mackie et Mark Wahlberg dans "No pain, No Gain" de Michael Bay.

© Paramount Pictures France

Pieds-Nickelés
Son plan, qu’il impose à ses alliés, va s’avérer catastrophique, comme dans une bande-dessinée des Pieds-Nickelés. Michael Bay monte sa mayonnaise avec rythme et humour sans dérider une seconde. Il allie action, suspense et rire sans "débander" une seconde. Le film, c’est sûr, tire plutôt sur les grosses ficelles, mais sans jamais décevoir. Encore faut-il savoir ce que l’on va voir. Ce n’est pas du Bergman, c’est sûr…

Mais Bay joue très bien de son cadre, la Floride bling bling, de ses opportunistes simplistes et musclés, de ses situations souvent hilarantes, en faisant jouer ses acteurs tels des ahuris : trop drôle. Le tout sous une lumière solaire, puisque floridienne, qui fait passer le film comme un "Scarface" au petit pied : un bon moment de comédie et d'action..