[DEAUVILLE] "Fruitvale Station", compte à rebours fatal

Par @Culturebox
Mis à jour le 02/09/2013 à 20H31, publié le 28/08/2013 à 16H49
Michael B. Jordan et Melonie Diaz dans "Fruitvale Station" de Ryan Coogler

Michael B. Jordan et Melonie Diaz dans "Fruitvale Station" de Ryan Coogler

© ARP Sélection

La sélection officielle du festival du cinéma américain de Deauville propose "Fruitvale station", premier long métrage du jeune réalisateur Ryan Coogler, présent à Deauville. Inspiré d'un fait-divers réel, il raconte les 24 heures qui ont précédé le meurtre par la police d'un jeune père de famille noir dans la nuit du nouvel an 2009. Le rôle principal est tenu par Michael B. Jordan.

De Ryan Coogler (Etats-Unis), avec : Michael B. Jordan, Melonie Diaz, Octavia Spencer, Ahna O'Reilly - 1h30

Aux petites heures du 1er janvier 2009, dans l'Amérique qui vient d'élire Barack Obama, Oscar Grant va perdre la vie sur un quai de métro, à la station Fruitvale, dans les environs de San Francisco. Oscar a 22 ans, il est noir, père d'une petite fille et il vient de fêter le nouvel an avec quelques copains et sa compagne. Agressé avec ses amis par un gangs de blancs racistes, il est violemment arrêté par la police qui ne s'intéresse pas aux agresseurs. La tension monte et un coup de feu part. Oscar, maintenu face contre terre sur le quai du métro Oscar reçoit une balle dans le dos. Il mourra quelques heures plus tard à l'hôpital. Le policier dira que dans la confusion, il a pris son révolver pour son tazer.
"Fruitvale Station" : la bande-annonce

Compte à rebours
Le film du jeune réalisateur Ryan Coogler raconte les 24 heures qui ont précédé la mort du jeune homme. Sans ce fait-divers, personne n'aurait jamais connu le nom d'Oscar Grant, ancien dealer d'herbe en pleine rédemption, père aimant et compagnon pas tout à fait irréprochable. Les heures qui ont suivi le procès du policier condamné à une courte peine, des émeutes ont opposé des jeunes noirs et la police. Le réalisateur ne le montre pas. Il se contente de nous raconter la vie de ce jeune homme comme il en existe des milliers aux Etats-Unis. C'est à peine un héros, il n'oublie pas l'anniversaire de sa mère (le 31 décembre !), il arrête ce jour-là de trafiquer la marijuana, il est plein d'attention pour les siens, sa femme, sa fille. Un quotidien qui va s'achever brutalement aux premières heures de l'année 2009 entre la station Fruitvale et l'hôpital.

Ryan Coogler venu à Deauville présenter Fruitvale station

Ryan Coogler venu à Deauville présenter Fruitvale station

© Jean-François Lixon


Témoignage
La caméra de Ryan Coogler fait penser à celle de John Cassavetes. Rapide, sans fioriture, allant toujours à l'essentiel, elle suit Oscar et ses amis sans souci d'esthétique. L'image a du grain, elle est vraie. Sans vouloir en faire un documentaire, Coogler a pourtant utilisé dans son film des images tournées sur le quai de la station par des passagers désireux de témoigner ultérieurement des violences policières auxquelles ils assistaient impuissants. Le film, qui se veut donc un témoignage pour la mémoire, se termine sur la commémoration du meurtre, en janvier de cette année 2013 devant la station Fruitvale.

L'un des coproducteurs de Fruitvale station, n'est autre que Forest Whitaker qui concourt également à Deauville dans le rôle principal de "Le majordome" de Lee Daniels.

Le film a reçu le grand prix du festival de Sundance 2013, le plus grand évènement des Etats-Unis consacré au cinéma indépendant américain.