[DEAUVILLE] Mick Jagger est venu faire le show pour James Brown

Par @Culturebox
Mis à jour le 12/09/2014 à 19H59, publié le 12/09/2014 à 16H46
Mick Jagger à Deauville, ce vendredi

Mick Jagger à Deauville, ce vendredi

© AFP PHOTO / CHARLY TRIBALLEAU

Mick Jagger a fait le show vendredi au Festival du film américain de Deauville à l'occasion de l'avant-première de "Get on up", un biopic sur James Brown que coproduit le chanteur des Rolling Stones.

A la veille du palmarès de la quarantième édition du festival, la journée est très musicale avec l'association de ces deux légendes qui ont en commun leur performance et leur longévité sur scène et leurs qualités d'hommes d'affaires.
L'équipe du film "Get on up"

L'équipe du film "Get on up"

© CHARLY TRIBALLEAU / AFP
"J'ai toujours admiré James Brown. J'avais 20 ans quand je l'ai vu pour la première fois à l'Apollo (Theater de Harlem, quartier noir de New York, ndlr) a déclaré la star du rock devant une salle de presse comble. "A l'époque il faisait cinq shows par jour. J'étais impressionné, surtout par sa façon de contrôler le public", s'est-il souvenu. .

Sorti début août aux Etats-Unis il sera sur les écrans français à partir du 24 septembre. La projection en avant-première à Deauville est prévue en soirée, après le passage de Mick Jagger et de l'équipe du film sur le tapis rouge. La mise en scène est de l'acteur et réalisateur Tate Taylor, qui s'est déjà illustré en 2011 avec "The Help" ("La couleur des sentiments").
"Get On Up" : la bande-annonce
Dans cette biographie, James Brown est incarné par Chadwick Boseman, surtout connu pour ses rôles dans plusieurs séries télévisées américaines. Le film retrace les débuts difficiles dans la vie de "Mr Dynamite", élevé dans une bicoque d'Augusta, en Géorgie, violenté par son père, abandonné par sa mère puis pris en charge par sa tante, une tenancière de bordel, avant de se retrouver en prison à l'adolescence, pour un vol de costume. Mais le jeune James, qui a le rythme dans la peau et qui est doté d'un charisme hors du commun, va bientôt se faire remarquer sur le plan musical, d'abord à l'église dans les gospels puis dans le rhythm and blues avec son compère Bobby Byrd. Ensemble, il connaissent le succès à la fin des années 50 au sein du groupe "The Famous Flames".

Le grand écart à 73 ans !

Clin d'oeil de l'histoire, le film relate le moment où l'on apprend à James Brown en 1964 qu'il ne passera qu'en première partie au T.A.M.I show de Santa Monica, en Californie, pour céder la vedette à un groupe de jeunes venus d'Angleterre... les Rolling Stones. "Bienvenue en Amérique" lance James Brown à Mick Jagger et ses partenaires après sa prestation, qui dépassera celle des Stones en termes d'enthousiasme d'un public, particulièrement gâté ce soir là.
Mick Jagger et  Brian Grazer, co-producteurs de "Get on up" © Universal Pictures
Mick Jagger, 71 ans et toujours en tournée, admet qu'il s'est un peu inspiré du jeu de scène de James Brown, tout en reconnaissant qu'il y avait des gestes qui lui étaient impossibles à réaliser. Peu avant de mourir d'une pneumonie, le jour de Noël 2006, à l'âge de 73 ans, James Brown réussissait encore, dit-on, à faire le grand écart.