Cannes 2016 : "The Nice Guys" avec Ryan Gosling et Russell Crowe, très drôle et très noir

Par @Culturebox
Mis à jour le 15/05/2016 à 20H58, publié le 15/05/2016 à 14H30
Ryan Gosling et Russell Crowe dans "The Nice Guys"

Ryan Gosling et Russell Crowe dans "The Nice Guys"

© Europa Corp Distribution

"The Nice Guys" de Shane Black avec Russell Crowe et Ryan Gosling est projeté à Cannes hors compétition. A Los Angeles en 1977, deux enquêteurs privés sont mêlés à une affaire qui les dépasse mêlant cinéma porno, militants anti pollution et intérêts supérieurs de l'industrie automobile. Une véritable intrigue policière doublée d'un comique efficace.

La note Culturebox

4
4/5
Avec "The Nice Guys - L.A. Detectives" le réalisateur américain Shane Black ("L'arme Fatale", "Iron Man 3") réussit là ou beaucoup d'autres ont échoué. Il propose un film policier construit sur deux shémas normalement contradictoires : le drame policier et le comique. Les deux personnages principaux, Jackson Healy (Russell Crowe) et Holland March (Ryan Gosling), sont des enquêteurs privés à la petite semaine. Ils se retrouvent mêlés à une affaire qui dépasse de loin leurs compétences : une série d'assassinats dans le monde du cinéma porno, la disparition de la fille (Margaret Qualey) d'une haute personnalité gouvernementale (Kim Basinger), et un complot de l'industrie automobile pour cacher la responsabilité des constructeurs de voitures dans la pollution qui étouffe Los Angeles ! Secondés malgré eux par la fille de 13 ans (Angourie Rice) de Holland March, les deux bras cassés, au propre comme au figuré, vont résoudre, non sans quelques égratignures, cette affaire pleine de coups fourrés et de tueurs à gages.

la bande-annonce VOSTFR de "The Nice Guys"
A partir de ce scénario, Shane Black aurait pu, et sans changer un nom au casting, proposer un film noir à la Chandler adapté par Robert Altman. Son choix d'instiller un comique efficace sans dénaturer l'intérêt pour l'intrigue policière était un défi risqué. Il a su très adroitement éviter l'écueil principal, l'effet "Starsky et Hutch". Le comique vient rythmer le film sans jamais polluer le ressort dramatique et c'est un véritable exploit.

Russell Crowe et Ryan Gosling dans "The Nice Guys"

Russell Crowe et Ryan Gosling dans "The Nice Guys"

© Europa Corp Distribution

Ryan Gosling, beau gosse maladroit, magouilleur et attendrissant, Russell Crowe, cogneur à gages et brute courageuse forment un duo agréable et efficace. Une paire qui sait éviter les poncifs attendus du "buddy movie". Le personnage de l'adolescente débrouillarde qui va dénouer certaines situations mal parties pour les adultes, est en revanche plus convenu, mais il apporte une note de fraîcheur.

Kim Basinger dans le rôle de Kuttner

Kim Basinger dans le rôle de Kuttner

© Europa Corp Distribution
Certaines scènes provoquent une véritable jubilation, et pour une fois le mot n'est pas galvaudé. Le cocktail enquête policière très sérieuse et comique de ponctuation se révèle particulièrement bien dosé. On ressort de la salle avec le sentiment étrange d'avoir beaucoup ri à une histoire très noire. Belle réussite sur fond musical d'époque entre disco et Blaxploitation.

L'affiche de "The nice Guys"

L'affiche de "The nice Guys"

© dr

LA FICHE

"The Nice Guys" - Film américain de Shane Black - Avec Ryan Gosling, Russell Crowe, Margaret Qualley, Kim Basinger 1h56 - Sortie : 15 mai 2016
Synopsis : Los Angeles. 1977. Deux détectives privés enquêtent sur le prétendu suicide d’une jeune actrice porno. Malgré des méthodes peu conventionnelles, leur investigation va mettre au jour une conspiration impliquant des personnalités très haut placées…