Le festival de Cannes vu par un membre du Jury Révélation : Délibérer pour un jury ?

Par @Culturebox
Mis à jour le 24/05/2013 à 16H14, publié le 20/05/2013 à 22H06
Réunion du Jury Révélation

Réunion du Jury Révélation

© Simon Pellegry

Être membre d’un jury c’est s’imposer des libérations de l’emploi du temps pour pouvoir échanger et mettre au point une vision globale et cohérente du prix à remettre.

Aujourd’hui se tenait la première réunion de délibération du jury Révélations France 4. Mais en lieu et place d’une véritable réunion, le doute et la possibilité s'installent pour chacun d’entre nous par rapport à notre faculté d’interpréter ce que remettre un prix veut dire

Il est difficile de trancher radicalement et arbitrairement au milieu de la course. Une partie du parcours est achevé mais il en reste encore une part non négligeable. Le tout est de faire preuve d’endurance.

Pour l’instant, aucun film ne fait vraiment consensus et tout le monde ne souhaite pas se prononcer définitivement ou de manière trop affirmée. Peut-être l’un d’entre nous se sentirait prêt à défendre un film mais il est encore trop tôt ; il nous reste à voir trois films.

Quels critères, quelles règles, quels éléments doivent capter notre attention ? En quoi une prise de risque peut être un plus chez l’un et une catastrophe chez l’autre ? L’âge des cinéastes est-il à prendre en considération ? Peut-on juger de la direction d’acteurs d’un réalisateur de 30 ans de la même facon que pour celle d’un réalisateur de 40 ? Et entre les deux ?

Les débats s’annoncent d’autant plus passionnants que c’est à chaque fois une vision du cinéma, un regard personnel, une portée critique qui se déploie et s’étend au fil de nos conversations.

Jeudi 23 mai, soirée de clôture et cérémonie de remise des prix, promet son lot de surprises.
Simon Pellegry
Simon Pellegry est Membre du Jury Révélation France 4. Il est notamment l'auteur de "Ne pas déranger, nous sommes en séance". Il collabore à Spectres du Cinéma. On peut aussi le retrouver sur son blog Siperabe.