Cannes 2016 : "Risk" en immersion avec le lanceur d'alerte Julian Assange

Par @Culturebox
Mis à jour le 20/05/2016 à 12H42, publié le 19/05/2016 à 23H08
Julian Assange dans "Risk" de Laura Poitras

Julian Assange dans "Risk" de Laura Poitras

© Praxis Films

Laura Poitras a montré son nouveau documentaire "Risk" à la Quinzaine des réalisateurs. Documentariste et journaliste (prix Pulitzer en 2014 avec Edward Snowden) elle a suivi l'équipe de Wikileaks et en particulier Julian Assange des premières révélations à sa vie depuis 4 ans à l'ambassade de l'Equateur à Londres. Une plongée terrifiante dans la réalité des dangers d'Internet.

La note Culturebox

5
5/5
C'est un document extraordinaire que la Quinzaine des Réalisateurs à offert à ses spectateurs cannois en première mondiale. "Risk", de Laura Poitras, résume en une heure trente-sept toute l'affaire Wikileaks en nous la faisant vivre de l'intérieur, au plus près de Julian Assange et de ses deux plus proches collaborateurs, Sarah Harrison et Jacob Appelbaum. Depuis les premières publications de documents américains classés "secret défense" et montrant des crimes de guerre commis par l'armée US, jusqu'aux quatre années que Julian Assange vient de passer réfugié à l'ambassade de l'Equateur à Londres (où il vit toujours), le film ne cache rien. Et il est effrayant.
La réalisatrice Laura Poitras

La réalisatrice Laura Poitras

© Jan Stürmann

Wikileaks

Pour résumer, l'Australien Julien Assange, informaticien surdoué, constate que les Etats, et en particulier les Etats-Unis cachent de nombreuses informations déterminantes mais qu'en plus, ils ont mis au point des stratégies technologiques leur permettant d'obtenir toutes les données des citoyens à une échelle très importante. Entrée en possession de documents classifiés, son organisation dénommée Wikileaks les publie. Assange et ses collaborateurs se retrouvent instantanément la cible de l'antiterrorisme américain. Selon les Etats-Unis, les documents auraient servi de source d'information aux organisations terroristes telles qu'Al Qaeda. Une cabale est montée contre Assange. Une double accusation d'agression sexuelle est portée contre lui en Suède. Assange redoute, s'il s'y rend, d'être expulsé vers les Etats-Unis où il risque la peine de mort ou une sentence de prison à vie. En danger à Londres où il se trouve, il obtient l'asile à l'ambassade d'Equateur. Quatre ans plus tard, il y est toujours, alors que l'ambassade est gardée nuit et jour par de nombreux policiers britanniques.

Froid dans le dos

Mais la démonstration qui fait le plus froid dans le dos est celle qui explique à quel point nous sommes mis à nu par notre activité sur Internet. Les Etats-Unis, et pas seulement eux, "aspirent" par dizaines de milliers de profils personnels tout ce que nous mettons plus ou moins innocemment en ligne, notamment sur les réseaux sociaux. Les conséquences, expliquées en quelques minutes dans ce documentaire nous prouvent que pour la plupart d'entre nous, c'est certainement déjà trop tard.

"Risk", un documentaire absolument incontournable, à la fois pour comprendre l'affaire Wikileaks mais aussi pour tenter de nous immuniser, s'il en est encore temps, contre les risques mortels de la trop grande exposition sur la toile.
Le supporters de Wikileaks manifestent à Cannes à l'issue de la projection

Le supporters de Wikileaks manifestent à Cannes à l'issue de la projection

© Jean-François Lixon

Pour la projection cannoise la réalisatrice Laura Poitras était accompagnée de Sarah Harrison, qui ne peut plus retourner chez elle en Angleterre, et de Jacob Appelbaum interdit d'entreée sur le sol des Etats-Unis d'où il est originaire. Julian Assange était évidemment absent de Cannes. Et pour cause !

Laura Poitras,  Jacob Appelbaum et Sarah Harrison à Cannes

Laura Poitras,  Jacob Appelbaum et Sarah Harrison à Cannes

© Jean-François Lixon

La fiche

"Risk" Documentaire de Laura Poitras, avec Julian Assange, Sarah Harrison et Jacob Appelbaum, 1h37