A Cannes, Depardieu étrille le festival et son "hystérie collective"

Par @pygrenu Rédacteur en chef de Culturebox
Mis à jour le 15/05/2016 à 11H49, publié le 15/05/2016 à 11H36
Gérard Depardieu et Rachid Djaidani  ce dimanche à Cannes

Gérard Depardieu et Rachid Djaidani  ce dimanche à Cannes

© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Dans une interview à "Nice Matin", Gérard Depardieu renouvelle ses critiques virulentes à l'encontre du festival, mais aussi contre le mouvement "Nuit Debout". A Cannes, Depardieu ne montera pas les marches (il déteste ça) mais présente son film "Tour de France" à la Quinzaine des réalisateurs.

Depardieu et le festival, histoire d'un désamour. "Aujourd'h'hui, le fric prend toute la place. (...) Il y a de beaux films, mais avant de les voir, il y a tant de merdes à passer…. Rocco Siffredi monte les marches, ou deux ou trois nanas avec des robes à la con, et on ne parle que de ça, les images abreuvent toutes les télés. C'est une hystérie collective qui devient infertile". 

Depardieu poursuit : "Cannes ne mérite pas ça. Monter les marches, non merci." Dans la même interview accordée à Nice-Matin, la star française élargit sa cible. Son commentaire sur "Nuit Debout" ? "C'est anecdotique. Que ça s'appelle "Nuit Debout" ou "Assis sur la cuvette des chiottes", c'est pareil. T'as des cons qui vont comparer ça à Mai 68, mais qu'est-ce que ça change? Tout ça va se terminer avec la blonde".

Invité par la Quinzaine des Réalisateurs, Gérard Depardieu est à Cannes ce dimanche pour présenter "Tour de France", le film de Rachid Djaïdani. Un film dans lequel il incarne un maçon qui dialogue avec un jeune rappeur de 20 ans, avec lequel il va faire un tour de France. Une amitié improbable va se nouer entre les deux hommes.