Mathieu Amalric à Cannes entre "Barbara" et Jeanne Balibar

Par @Culturebox
Mis à jour le 18/05/2017 à 18H25, publié le 18/05/2017 à 16H34
Mathieu Amalric présente son film "Barbara" dans la sélection Un certain regard lors de la 70e édition du Festival de Cannes.

Mathieu Amalric présente son film "Barbara" dans la sélection Un certain regard lors de la 70e édition du Festival de Cannes.

© Arthur Mola/AP/SIPA

Hier il a monté les marches avec Desplechin, mais Mathieu Amalric présente aussi à Cannes son film "Barbara", en ouverture de la sélection Un certain regard. C'est le sixième long métrage du cinéaste, déjà primé au Festival pour "Tournée". Le film dédié à la chanteuse de "L'aigle noir" prend la forme d'un biopic personnel, qui revendique pourtant sa part de fiction. Explications et interview.

En ce début de festival, Mathieu Amalric est partout. Présent aux côtés d'Arnaud Desplechin lors de l'inauguration du Festival de Cannes pour présenter "Les fantômes d'Ismaël", drame passionnel dans lequel il joue le rôle principal, Mathieu Amalric ouvre la sélection Un certain regard avec le film qu'il a réalisé sur la chanteuse Barbara.

Derrière et devant la caméra

A l'image de son parcours, on le retrouve donc sur la Croisette avec les deux casquettes. "J'adore faire l'acteur, mais dans ma vie, j'ai commencé derrière la caméra", a-t-il raconté il y a trois jours au public du Théâtre du Rond-Point venu l'écouter.  A l'âge de 17 ans, il obtient un rôle dans "Les favoris de la lune" d'Otar Iosseliani. Au contact du réalisateur géorgien, il découvre l'exaltation de la fabrication des films. "Chez lui, le plateau semblait être un lieu où tout était exalté. J'ai eu envie de faire comme lui, alors j'ai fait des courts-métrages."
Alors qu'il présente son premier véritable court-métrage "Sans rire" (1990) au festival Premiers Plans d'Angers, il rencontre Arnaud Desplechin. Les deux hommes se lient d'amitié. Arnaud Desplechin finit par faire appel à lui quelques années plus tard pour "Comment je me suis disputé... (ma vie sexuelle)" (1996). Amalric accepte de jouer le rôle de Paul Dedalus, un professeur de philosophie empêtré dans une relation qu'il n'arrive pas à terminer. L'année suivante, il obtient pour ce rôle le prix du meilleur espoir masculin lors de la cérémonie des Césars.

"J'ai besoin d'être amoureux"

Depuis il tient à se laisser entraîner dans un film "uniquemement" par amour ou par amitié. "J'ai besoin d'être amoureux, de ressentir l'envie irrésistible de faire un film." Autant d'histoires d'amour qui ont conduit Amalric de Desplechin à Steven Speilberg, à David Cronenberg, en passant par les frères Larrieux. Des expériences d'acteur qui lui permettent d'être "toujours sur le pont" quand il n'est pas en train de réaliser ses films comme "La chose publique" (2003) ou "Tournée" (2010) qui a obtenu le Prix de la mise en scène à Cannes en 2010. 
Pour "Barbara", sa dernière réalisation, c'est grâce à la présence de Jeanne Balibar, et la possibilité de jouer avec elle, qu'il a accepté de se lancer dans une aventure comme celle-ci. Sans ça, il n'aurait jamais imaginé faire un film sur la chanteuse, qu'il n'a jamais vue de ses yeux. C'est un ami réalisateur qui lui a proposé de reprendre le flambeau d'un film qu'il n'arrivait pas à terminer.

Jeanne Balibar, autre sujet du film

"Lorsque Pierre Léon est venu pour me dire : essaye, toi, nous on est cuits, je ne voyais pas trop comment faire un biopic d'époque. Et puis pour la voix, comment faire ? Une actrice allait faire du lipsing (ou lips-sync, technique de synchronisation du mouvement des lèvres avec une bande son, ndr). Abîmer Barbara pendant une heure et demie ? Jeanne allait s'embêter à faire ça". Autant de questions qui ont permis au cinéaste de s'approprier le sujet et de faire son propre film. S'il reconnaît s'être énormément documenté sur la chanteuse, Mathieu Amalric laisse entendre que le véritable sujet de son film est peut-être Jeanne Balibar. Ancienne compagne d'Amalric, la comédienne a été sa partenaire de nombreuses fois à l'écran. 
Mathieu Amalric et Jeanne Balibar sur la croisette avant la conférence de presse de présentation du film "Barbara" de Mathieu Amalric présenté dans la sélction Un certain regard lors de la 70e édition du Festival de Cannes.

Mathieu Amalric et Jeanne Balibar sur la croisette avant la conférence de presse de présentation du film "Barbara" de Mathieu Amalric présenté dans la sélction Un certain regard lors de la 70e édition du Festival de Cannes.

© David Fisher/Shuttersto/SIPA
"Barbara" est présenté dans la catégorie Un certain regard, sélection considérée comme l'antichambre de la compétition officielle. Pour Amalric, Cannes est plus un spectacle qu'une corvée : "Il y a quelque chose de très naïf, un côté Cendrillon, c'est magique ! Et le moment de la projection de ces films vierges, encore vus par personne... Ça fait peur !"  

L'interview de Mathieu Almaric par Sabine Gorny


Alerte résultats de la présidentielle 2017
M'alerter dès que les résultats seront publiés !