Cannes 2016 : Palme d'or pour Ken Loach et son "Moi, Daniel Blake"

Par @Culturebox
Mis à jour le 24/05/2016 à 10H33, publié le 22/05/2016 à 18H07
Ken Loach, Palme d'or, entouré de Mel Gibsons et George Miller, président du jury 

Ken Loach, Palme d'or, entouré de Mel Gibsons et George Miller, président du jury 

© ALBERTO PIZZOLI / AFP

C'est Ken Loach qui a remporté la Palme d'or de cette 69e édition du Festival de Cannes. Xavien Dolan est lui reparti avec le Grand prix du jury. Jaclyn Jose pour "Ma'Rose" de Brillante Mendoza et Shahab Hosseini pour le "Client" d'Asghar Farhadi ont reçu les prix d'interprétation. Découvrez le palmarès et revivez la cérémonie de clôture.

Le Palmarès 

Palme d'or : "Moi Daniel Blake", Ken Loach
Grand Prix : "Juste la fin du monde", Xavier Dolan
Prix du jury : "American Honey", Andrea Arnold
Prix de la meilleure mise en scène : "Baccalauréat" de Cristian Mungiu et "Personal Shopper" d'Olivier Assayas. 
Prix du meilleur scénario : "Le Client", d'Asghar Farhadi
Prix d'interprétation féminine : Jaclyn Jose pour "Ma'Rose" de Brillante Mendoza
Prix d'interprétation masculine : Shahab Hosseini  pour le "Client" d'Asghar Farhadi

Reportage : P.Deschamps / J.Denoyelle


La cérémonie de clôture


20h30 : "Merci au jury, vous êtes très gentil, lance Ken Loach, Palme d'or de ce 69e Festival de Cannes avec "Moi, Daniel Blake", en ne manquant pas de critiquer l'ultra-libéralisme et l'extrême droite". "Un autre monde est possible, il est même nécessaire", conclut-il. 
Moi daniel Blake © Le Pacte


20h20 : Le Grand Prix revient à Xavier Dolan pour "Juste la fin du monde". "Merci à tous ceux qui ont fait de ce film une réalité", souffle le réalisateur canadien, empli d'émotion. "Je préfère la folie des passions à la sagesse de l'indifférence", lance-t-il en citant Anatole France. 

20h15 : Le prix de la meilleure mise en scène revient ex aequo à Cristian Mungiu pour "Baccalauréat" et Olivier Assayas pour "Personal Shopper". Tout premier prix cannois pour Assayas.


20h10 : Asghar Farhadi, prix du meilleur scénario pour "Le Client".

 
20H07
: Katayoun Shahabi et mads Mikkelsen remettent le prix d'interpétation féminine à l'actrice de "Ma'Rosa", Jaclyn Jose. 

20h05 : Le prix du jury remis des mains de Krsten Dunst et Vanessa paradis à Andrea Arnold pour "American Honey". Le troisième Prix du jury à Cannes pour la réalisatrice. Une vraie surprise tant ce film ne nous avait pas convaincu. 

20h00 : Le prix d'interprétation masculine, remis par Kristen Dunst et Katayoun Shahabi à Shahab Hosseini  pour le "Client" d'Asghar Farhadi et succède à Vincent Lindon pour "La loi du marché". 

19h50 : Ibrahim Maalouf fait son entrée sur la scène du Grand Théâtre Lumière  sur scène pour revisiter certaines musiques mythiques de film, suivi quelques instants après par le groupe L.EJ. 

19h45 : Jean-Pierre Léaud, acteur fétiche de Truffaut et incarnant le roi soleil dans "La mort de Louis XIV", reçoit une Palme d'or d'honneur des mains du réalisteur d'Arnaud Desplechin. "Je ne sais pas d'acteur plus fragile et plus puissant dans le même mouvement que Jean-Pierre Léaud. Vous jouez comme on marche sur un fil", souffle le réalisateur. "Monsieur, vous avez changé ma vie. Sans vous, j'aurais été tellement seul", conclut-il. "Je suis né à Cannes", lance l'acteur. 

19h40 : L'heure est venue pour le maître de cérémonie de présenter le jury, Kirsten Dunst, Arnaud Desplechin, Katayoun Shahabi, Mads Mikkelsen, Valeria Golino, László Nemes, Vanessa Paradis et Donald Sutherland et leur président, George Miller. "Je ne peux que féliciter le festival d'avoir sélectionné une telle qualité de film", affirme le réalisateur australien. "On va voir comment on s'en est sorti", sourit-il. 

19h30 : Willem Dafoe et Catherine Corsini remettent la caméra d'or du meilleur premier film, toute compétion confondue, à "Divines" Houda Benyamina. "On est là, c'est possible", lance la réalistrice. "C'est super que ce soit une femme qui nous ait remis le prix". "Cannes est à nous", lance-t-elle après un discours interminable. 


19h25 : La réalisatrice japonaise Naomie Kawase et Marina Foïs viennent remettre le premier prix de la compétion, le meilleur court métrage. La Palme d'or du meilleur court métrage revient à Juanjo Giménez pour son film "Timecode". "Je ne crois pas à la compétion pour le film mais je souhaite remercier Thierry Frémaux ainsi que mes collègues réalisteurs. ce prix est aussi pour vous. 


19h20 : Laurent Lafitte, le maître de cérémonie du 69e Festival de Cannes, fait son entrée en scène. "Qu'importe la montée, pourvu qu'on ait l'ivresse du sommet", lance-t-il. 


19h15 : Cristian Mungiu pour "Baccalauréat", Asghar Farhadi pour "Le Client", Ken Loach pour "Moi, Daniel Blake", Xavier Dolan pour "Juste la fin du monde", Brillante Mendoza pour "Ma' Rosa" et Olivier Assayas pour "Personal Shopper" ont gravi les marches du Palais des festivals. Le palmarès déjà constitué ? 


19h10 : Les membres du jury viennent d'arriver sur le tapis rouge. 

19h00 : Mel Gibson, qui remettra la Palme d'or vient d'arriver, à son tour, sur les marches du Palais des Festival. Et le duo historique de "Mad Max", avec George Miller en président du jury, de se trouver reconstitué. 

18h50 : Ken Loach vient d'arriver sur le tapis rouge. Il pourrait devenir le huitième réalisateur à décrocher une deuxième Palme d'or, après "Le Vent se lève" en 2006. 


18h45 : Certains réalisateurs et acteurs dont les films ont été présentés en compétion officielle arrivent sur le tapis rouge. Peut-être un indice pour le palmarès à venir. 




18h30 : En attendant la Palme, nous vous proposons de découvrir les films primés dans les sections parallèles. 

-Le prix Un certain Regard à "The Happiest Day in the life of Olli Mäki", du Finlandais Juho Kuosmanen, racontant l'histoire, en noir et blanc, d'un prétendant au titre de champion du monde poids plume de boxe, au début des années 60. 

-Le Premier prix de la Cinéfondation et des courts métrage à "Anna", du réalisteur israëlien Or Sinai

-Le prix Fripesci de la critique internationale à "Toni Erdmann" de Maren Ade, en compétition officielle et consacré aux relations père-fille entre un homme, un peu loufoque et sa fille de 37 ans, un peu stricte et coincée.


-Le prix du jury oecuménique va à "Juste la fin du monde" de Xavien Dolan, également en compétition officielle et consacré au retour dans sa fammile d'un auteur devant leur annoncer sa mort prochaine. 

-Le prix François Chalais va au "Dissiple" du Russe Kiril Serebrennikov. 

-L'oeil d'or, prix du documentaire à "Cinema Novo" du Brésilien Eryk Rocha. 

-La Queer palm récompense le documentaire de Sébastien Lifshitz, "Les vies de Thérèse".

-La Palm dog a été remise, à titre posthume à la chienne Neillie, pour son rôle dans "Paterson" de Jim Jarmusch. 


18h20 : Avant le début de la cérémonie, le Festival vous propose de revivre ces douze jours de compétition et de montée des marches, du dernier au premier, en accéléré.

17H45 : Alors, à qui la Palme ? Quels acteurs pour le prix d’interprétation ? Si cette année, aucun film ne semble s’être réellement détaché, au contraire de "La Vie d’Adèle" qui avait, en 2013, mis tout le monde d’accord dès le début de la compétition, quelques rumeurs commencent à fuiter et des noms reviennent avec insistance.
 
Car à Cannes, c’est un peu le sport national lorsque se rapproche la cérémonie de clôture.  Sur les réseaux sociaux, nombre de journalistes et critiques cinéma pensent détenir des exclusivités. Ils savant, avant les autres, avant même peut-être parfois le jury lui-même, quels cinéastes ou quels comédiens sont revenus chercher leur prix, quand d’autres ont quitté la croisette depuis belle lurette.

À ce petit jeu là, c’est Cristian Mungiu, le réalisateur roumain reparti en 2007 avec la Palme d’or pour "4 mois, 3 semaines, 2 jours", auscultation de la Roumanie quelques années avant la chute du communisme, qui est sur toutes les lèvres pour la Palme. Avec son "Baccalauréat", il nous fait un nouveau portrait de son pays, gangréné par la corruption et les petits arrangements.

La réponse devrait tomber aux alentours de 20h.