Cannes 2014 : les talents de Simenon et d'Amalric éclairent "La Chambre Bleue"

Par @pygrenu Rédacteur en chef de Culturebox
Mis à jour le 16/05/2014 à 18H52, publié le 16/05/2014 à 15H58
Léa Drucker et Mathieu Amalric dans "La Chambre Bleue"

Léa Drucker et Mathieu Amalric dans "La Chambre Bleue"

© Alfama Films

Mathieu Amalric signe une courte et magnifique adaptation du roman de Georges Simenon. Ce film ramassé, intense, dans lequel il excelle, de chaque côté de la caméra, est présenté dans la sélection "Un certain regard" à Cannes.

La note Culturebox
5 / 5                  ★★★★★

De Mathieu Amalric (France), avec : Mathieu Amalric, Léa Drucker, Stéphanie Cléau - 1h15 – Sortie : 16 mai 2014
 
Synopsis : Dis- moi Julien, si je devenais libre,  tu te rendrais libre aussi ? - Tu dis ?...
Un homme et une femme s’aiment en secret dans une chambre, se désirent, se veulent, se mordent même. Puis s’échangent quelques mots anodins après l’amour. Du moins l’homme semble le croire. Car aujourd’hui arrêté, face aux questions des gendarmes et du juge d’instruction, Julien cherche les mots. Que s’est-il passé, de quel crime est-il accusé ?...
"La Chambre Bleue" : le teaser
Un homme, une femme, un désir torride. L'amour, l'adultère, la mort. Avec ces ingrédients, tant d'auteurs nous ont endormis. Georges Simenon, lui, n'avait pas besoin d'autre chose pour produire des bijoux. "La chambre bleue" en fait partie. Ce roman, paru en 1964, est brûlant, porté par un unique point de vue, celui de Tony Falcone, concessionnaire de machines agricoles dans une petite ville du Poitou.

Que Mathieu Amalric pouvait-il apporter à l'œuvre de Simenon ? Tout. Sa présence à l'écran, d'abord, tellement juste. Comme engourdi face au piège qui se referme, il répète à l'infini sa sourde vérité. Derrière la caméra, Amalric est tout aussi adroit. Ses choix : une image carrée, stylisée, des détails effleurés. Un parti-pris de direction d'acteurs étonnant : leur jeu devient parfois mécanique, participant à la glissade vers une issue fatale. Il réussit aussi son pari en transposant ce récit des années soixante dans un décor d'aujourd'hui. On aurait pu craindre d'y perdre une partie du charme du roman, mais il est intact.

Reportage France 2 : P.Deschamps / M. Niewenglowski / J.P. Bosch / P. Goldmann
Acteur exceptionnel, réalisateur habile et déterminé, Mathieu Amalric tient une place à part dans le cinéma français. On le remerciera ici d'avoir compris ce qui échappe parfois à ses collègues (y compris les plus illustres) : un grand film n'est pas forcément un long film. En ramassant sa Chambre Bleue sur une heure et seize minutes, il réussit une œuvre tendue, qui va à l'essentiel et ne s'encombre de rien, une vraie réussite.