"The Neon Demon", le thriller à la beauté morbide de Nicolas Winding Refn

Par @Culturebox
Mis à jour le 03/06/2016 à 10H44, publié le 20/05/2016 à 15H40
 Elle Fanning dans "The Neon Demon"

 Elle Fanning dans "The Neon Demon"

© The joker

Nicolas Winding Refn nous offre un thriller contemplatif où l’on suit les débuts dans le monde impitoyable de la mode d’une jeune adolescente. Flamboyant.

La note Culturebox

5
5/5
Du sang, du sexe, de la violence, de la nécrophilie et une bonne dose de cannibalisme. Le tout sublimé par l’esthétisme forcené d’un réalisateur convaincu et borné. Depuis "Drive", le danois et son cinéma contemplatif ne s'imposent aucune limite. Le voilà, poussant son acharnement encore plus loin. Dans le trash, le cynique, le scabreux. Et ça marche. Ça choque. Ça surprend mais ça touche juste, tout le temps.


Beauté

Nous suivons les pérégrinations d’une toute jeune fille dans l’univers impitoyable et absurde du mannequinat, dans un Los Angeles froid et dépouillé. Elle s’appelle Jesse (Elle Faning). Elle a 16 ans mais doit dire qu’elle en a 19. Elle est belle, pure. Un peu trop peut-être. Elle ne tardera pas à susciter jalousie et convoitise. Certaines sont prêtes à tout pour lui voler sa beauté. Celle qui donne "aux femmes un certain pouvoir". Jesse, finalement pas si innocente que ça, le comprendra assez vite.
Elle Fanning et Nicolas Winding Refn pendant le tournage de "The Neon Demon"

Elle Fanning et Nicolas Winding Refn pendant le tournage de "The Neon Demon"


Maladif

C’est la troisième venue à Cannes pour l’homme de la trilogie coup de poing "Pusher" qui, après le magnifique et taiseux "Drive" avec Ryan Gosling, Prix de la mise en scène en 2011 et le séduisant "Only God Forgives", plus froidement accueilli par la critique en 2013, nous livre cette fois sa conception de la beauté.

Dès la première scène du film. Admirable photographie mettant en scène l’héroïne égorgée, son sang se déversant sur le canapé blanc d’un loft vide et éclairée par des néons phosphorescents. Elle pose pour un jeune photographe rencontré sur Internet. Une scène d’ouverture qui en appellera une autre, réelle celle-là, où une femme se détend dans un bain de sang. Couleur saturée, sophistication exacerbée et artificielle des plans où les corps devenus accessoires brillent d’une beauté figée. Refn reprend à son compte l’esthétique publicitaire pour en dénoncer son aspect macabre et maladif.

Et le cinéaste de nous livrer, porté par la prestation d’une actrice au charme troublant, un conte merveilleusement mordibe et loin d’être dénué de fond. Car derrière son œuvre expérimentale et visuellement époustouflante, se cache une critique acerbe de notre monde, où le culte de la beauté et de la perfection règne en maître.

LA FICHE

Film de Nicolas Wending Refn - Avec Elle Faning, Jena Malone et Keanu Reeves - Durée : 1h57. Sortie le 8 juin 2016.

Synopsis : Une jeune fille débarque à Los Angeles. Son rêve est de devenir mannequin. Son ascension fulgurante et sa pureté suscitent jalousies et convoitises. Certaines filles s’inclinent devant elle, d'autres sont prêtes à tout pour lui voler sa beauté.