Cannes 2015 : Moretti, la famille et le cinéma dans "Mia Madre"

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 16/05/2015 à 14H18, publié le 16/05/2015 à 13H51
Nanni Moretti joue dans "Mia Madre" le rôle du frère de Margherita Buy

Nanni Moretti joue dans "Mia Madre" le rôle du frère de Margherita Buy

© Le Pacte

Nanni Moretti, membre du jury en 1997 et en 2012, a reçu le Prix de la mise en scène 1994 pour "Journal intime", puis la Palme d'or en 2001 pour "La Chambre du fils". En compétition en 2011 avec "Habemus Papam", reparti bredouille, il revient cette année avec "Mia Madre" beaucoup plus inspiré, et soutenu par deux formidables acteurs : Marghrita Buy et John Turturro, sans parler de lui-même.

La note Culturebox
4 / 5                  ★★★★☆

Un cinéma géniteur

On parle facilement de la "famille du cinéma" ou du théâtre. Avec "Mia Madre", Nanni Moretti, cinéaste exigeant, tant artistiquement que politiquement, décide de parler de l'une et de l'autre dans une joyeuse confusion des genres. Pourtant le sujet est dramatique. Margherita (Margherita Buy) réalise un film, alors que sa mère est en train de mourir. Confrontée à la logistique du tournage et à la gestion d'un acteur célèbre (John Turturro), cette énergie va lui permettre de passer l'épreuve, assistée de son frère qu'interprète Moretti.


Faut-il voir dans ce parallèle entre la réalisation d'un film et la mort de la mère, une parabole de la mort du cinéma, du cinéma italien, comme l'avait stigmatisé Wim Wenders par le passé ? Cela serait un paradoxe, alors que trois films italiens se retrouvent en compétition cette année, un record, démonstration d'une belle vitalité. Non, le sujet est ailleurs, et un tel raccourci, trop simpliste, ne satisferait pas Moretti. D'autant qu'il montre le cinéma au travail, avec les nombreuses scènes de tournage du film que réalise Margherita. Elles succèdent aux visites à l'hôpital et aux échanges avec son frère. Cette prise en charge de la mère, en parallèle à celle du tournage, est comme une assimilation de l'une à l'autre. Il faut prendre sur soi le cinéma comme un parent, pour sa pérennité, parce qu'il nous a en partie enfantés, fait ce que nous sommes. Il a nourri nos vies, nos souvenirs, forgé nos personnalités, comme une mère, ou un père.

Cinéma, cinémas

Plusieurs fois enterré, depuis ses premières années-mêmes, le cinéma renaît toujours de ses cendres. Il se porte même fort bien. Mais pour qu'il en soit ainsi, faut-il encore avoir des spectateurs, et pas seulement des consommateurs de téléchargements plus ou moins licites. Le cinéma est avant tout un spectacle collectif et doit le demeurer. C'est ainsi que se conçoit l'invention des Lumière ; en sortir serait une aberration. C'est un lieu d'échanges et de débats, comme les autres arts. Nanni Moretti ne parle que de cela dans "Mia Madre", car sa mère, c'est le cinéma.

L'acteur John Turturro, d'origine italienne, dirigé pour la première fois par Nanni Moretti

L'acteur John Turturro, d'origine italienne, dirigé pour la première fois par Nanni Moretti

© Le Pacte

Au-delà des interprétations, "Mia Madre" reste un film des plus agréables, avec une Margherita Buy qui part pour le moment en tête de liste en vue du Prix d'interprétation féminine. John Turturro est quant à lui irrésistible à chacune de ses apparitions, provoquant un rire quasiment reflexe. Une comédie dramatique en somme, mais nourrie d'un message fort. Le film, qui fait passer des rires aux larmes, a été salué par une longue salve d'applaudissements, le meilleur augure pour une place au palmarès, auquel ne seront sans doute pas insensibles les frères Coen. Une deuxième Palme pour Moretti ? Pas impossible. Mais il reste encore beaucoup de films à voir.

Mia Madre
De Nanni Moretti (Italie), avec: Margherita Buy, Nanni Moretti, John Turturro - 1h42, Sortie: 23 décembre 2015.

Synopsis : Margherita est une réalisatrice en plein tournage d’un film dont le rôle principal est tenu par un célèbre acteur américain. À ses questionnements d’artiste engagée, se mêlent des angoisses d’ordre privé : sa mère est à l’hôpital, sa fille en pleine crise d’adolescence. Et son frère, quant à lui, se montre comme toujours irréprochable. Margherita parviendra-t-elle à se sentir à la hauteur, dans son travail comme dans sa famille ?