Cannes 2015: Jia Zhang-Ke rate son retour à Cannes avec "Mountains May Depart"

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 20/05/2015 à 20H57, publié le 20/05/2015 à 12H18
Le film aborde notamment l'histoire d'un couple sur plusieurs années

Le film aborde notamment l'histoire d'un couple sur plusieurs années

© Ad Vitam

On ne gagne pas à tous les coups. Après son Chef d'œuvre "A Touch of Sin", projeté en 2013 en compétition, Jia Zhang-Ke ne renouvelle pas cette grande réussite avec "Mountains May Depart". Un film qui a mis dix ans à se faire, donc remontant bien en amont de son film précédent. Le temps est d'ailleurs au cœur du film, comme le calvaire subit par le spectateur…

La note Culturebox
2 / 5                  ★★☆☆☆

"Dollar"

Le film n'a guère enthousiasmé la critique qui a quelque peu peiné à arriver au terme des 2H15 de projection. Le talent de Jia Zhang-Ke n'est pas absent. Mais est-ce la teneur limité de son sujet, le choix d'une femme entre deux hommes et les incidences que cela entraîne, notamment sur son fils ; l'on a déjà donné. Le décrochage est d'autant plus facile.

"Mountains May Depart" : la bande annonce

Mais ce n'est pas la minceur du sujet qui est en cause. Ainsi Jia Zhang-Ke est-il fidèle à son analyse de la société chinoise, sur une dizaine d'années, des années clés, où l'empire du milieu s'est transformé. Au terme de cette période charnière, le couple partira en Australie. Il aura pourtant adhéré à cette mutation, allant jusqu'à baptiser leur fils "Dollar". Ce qui est un peu lourd tout de même.

Interdit ?

Une lourdeur que reflète également les deux professions des prétendants de Tao, le premier, propriétaire ambitieux d'une station service, le second, mineur de fond. Ils incarnent peut-être avec trop d'ostentation deux Chines en mutation. Demeure toutefois la Chine agricole qui est passée complètement à l'as. Mais il est vrai que la transformation économique domine. La migration vers les villes est toutefois essentielle dans cette Chine nouvelle. Mais l'on ne va pas faire la leçon à Jia Zhang-Ke

"Mountains May Depart" de Jia Zhang-Ke

"Mountains May Depart" de Jia Zhang-Ke

© Ad Vitam

"Touch of Sin", très acerbe envers la société chinoise, est toujours, aux dernières nouvelles, interdit en Chine. "Mountains May Depart" a toutes les chances de le demeurer aussi. Notamment en raison de ce départ vers l'Australie des protagonistes qui dénonce un désaccord profond avec le régime en place. Mais si Jia Zhang-Ke reste courageux de ce point de vue, son film ennuie, même pour un amateur de la contemplation cinématographique asiatique.

Moutains May Depart
De Jia Zhang-Ke (Chine), avec Zhao Tao - 2h00, Date de sortie: 9 décembre 2015.

Synopsis : Chine, fin 1999. Tao, une jeune  fille de Fenyang est courtisée par ses deux amis d’enfance, Zang et Lianzi. Zang, propriétaire d'une station-service, se destine à un avenir prometteur tandis que Liang travaille dans une mine de charbon. Le cœur entre les deux hommes, Tao va devoir faire un choix qui scellera le reste de sa vie et de celle de son futur fils, Dollar.