Cannes 2015 : Dheepan - L'homme qui n'aimait plus la guerre de Jacques Audiard

Par @Culturebox
Mis à jour le 11/05/2015 à 14H14, publié le 05/05/2015 à 12H24
Combattant indépendantiste au Sri-Lanka, Dheepan se retrouve gardien d'immeuble dans une cité chaude de la banlieue parisienne

Combattant indépendantiste au Sri-Lanka, Dheepan se retrouve gardien d'immeuble dans une cité chaude de la banlieue parisienne

© UGC Distribution

Avec deux récompenses au compteur, un Prix du Meilleur scénario pour "Un homme très discret" et un Grand prix pour "Un prophète", Jacques Audiard, le réalisateur français de "De rouille et d'os", retrouve la compétition officielle de Cannes. Dans "Dheepan", il raconte l'itinéraire d'un combattant tamoul sri-lankais réfugié à Paris avec deux inconnues.

Reparti bredouille en 2012, malgré une réception critique et publique quasi unanime autour de "De rouille et d'os" (qui reste le plus grand succès  de Jacques Audiard en salles), l'ancien monteur passé maître de la réalisation espère bien sortir lauréat de la compétition officielle cette année. Pour séduire le jury cannois, présidé par les frères Coen, Jacques Audiard présentera "Dheepan - L'homme qui n'aimait plus la guerre", film social dont on connaît depuis peu le titre définitif. La guerre civile, l'immigration, l'envie de s'en sortir dans une capitale inconnue sont les moteurs du récit. 

Un inconnu dans le rôle-titre

Pour incarner les héros de son film, Jacques Audiard n'a pas hésité à faire confiance à des acteurs non professionnels tamoul, Antonythasan Jesuthasan et  Kalieaswari Srinivasan. Déjà en 2009, le réalisateur avait engagé deux acteurs débutants, Tahar Rahim et Reda Kateb (omniprésent sur les écrans depuis quelques temps) pour "Un prophète". Quant au reste du casting de "Dheepan - L'homme qui n'aimait plus la guerre", on retrouve notamment Vincent Rottiers ("Bodybuilder") et Marc Zinga ("Qu'Allah bénisse la France").  
 
A travers le personnage de Dheepan, réfugié politique devenu gardien d'immeuble dans une cité parisienne pour faire vivre sa "fausse famille", le réalisateur au chapeau met le doigt sur un bout d'histoire méconnu du grand public: la guerre civile du Sri-Lanka, qui a vu s'opposer le mouvement indépendantiste des Tigres de libération de l'Îlam Tamoul et  la majorité cinghalaise bouddhiste. Tigre en exil, Dheepan s'inspire librement des protagonistes des "Lettres Persanes" de Montesquieu. Dans ce roman épistolaire paru en 1721, Rica et Usbek, deux persans en voyage à Paris, dépeignent d'un œil faussement naïf la société française du XVIIIe siècle.

Une troisième collaboration avec Thomas Bidegain

Septième film de Jacques Audiard, "Dheepan" a été scénarisé par Noé Debré et Thomas Bidegain. Ce dernier avait déjà travaillé sur "Un prophète" et "De rouille et d'os". Plus récemment, il a écrit le scénario de "Saint Laurent" de Bertrand Bonello.

"Dheepan"
De Jacques Audiard (France), avec : Antonythasan Jesuthasan, Kalieaswari Srinivasan, Claudine Vinasithamby -1h49 -  Sortie: 26 août 2015
 
Synopsis : Dheepan est un combattant de l'indépendance tamoule, un Tigre. La guerre civile touche à sa fin au Sri Lanka, la défaite est proche, Dheepan décide de fuir. Il emmène avec lui une femme et une petite fille qu'il ne connaît pas, espérant ainsi obtenir plus facilement l'asile politique en Europe. Arrivée à Paris, cette « famille » vivote d'un foyer d'accueil à l'autre, jusqu'à ce que Dheepan obtienne un emploi de gardien d'immeuble en banlieue. Dheepan espère y bâtir une nouvelle vie et construire un véritable foyer pour sa fausse femme et sa fausse fille. Bientôt cependant, la violence quotidienne de la cité fait resurgir les blessures encore ouvertes de la guerre.