Cannes 2015 : Cotillard et Fassbender dans une version ratée de "Macbeth"

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 23/05/2015 à 14H25, publié le 23/05/2015 à 13H52
L'acteur germano-irlandais Michel Fassbender et la Française Marion Cotillard portent cette adaptation à l'écran

L'acteur germano-irlandais Michel Fassbender et la Française Marion Cotillard portent cette adaptation à l'écran

© StudioCanal

Cette nouvelle adaptation de "Macbeth", d'après Shakespeare, signée Justin Kurzel ("Les Crimes de Snowtown") avec Michael Fassbender dans le rôle-titre et Marion Cotillard en Lady Macbeth, en a déçu plus d'un. Il faut dire qu'il n'est pas facile de passer derrière Orson Welles et Roman Polanski, qui portèrent la pièce à l'écran respectivement en 1948 et 1971.

La note Culturebox
2 / 5                  ★★☆☆☆

Le ratage des trois sorcières

Qu'est-ce qui ne va pas dans ce film ? D'emblée, l'ouverture sur une scène de bataille spectaculaire aligne les effets de manche, avec moult ralentis. Comme disait Godard, trop de ralentis dans un film, c'est suspect. Ici le ton est donné. Pourtant, c'est beau, un peu trop sans doute. Les paysages écossais sont superbes, mais trop de brumes, tue la brume…

"Macbeth" : extrait

Le film se fait plus sobre dans l'évocation du camp de Macbeth, dont la reconstitution s'avère des plus réalistes. Le film commence à prendre. Michael Fassbender et Marion Cotillard sont convaincants et à leur place. Mais la scène emblématique des trois sorcières, les trois sœurs du destin, qui annoncent son futur à Macbeth, manque de dramatisation. Les enjeux ne sont pas à l'heure. Quant à la mort de Lady Macbeth, elle reste des plus énigmatiques.

Trop fidèle au texte

Les acteurs ne sont pas en jeu. Justin Kurzel semble ne pas avoir su élaguer le texte, en voulant trop lui coller à la peau. C'est sûr, la pièce est là. Mais trop de fidélité, tue la fidélité. Et l'on décroche devant tant de texte. Un film n'est pas une pièce. Les trois derniers quarts d'heure en deviennent une épreuve, trop bavarde. Le cinéaste tente de se rattraper avec une ultime scène de bataille enflammée, comme il avait commencé son film dans la brume sur une première bataille. Mais elle s'avère surfaite.

Marion Cotillard et Michael Fassbender dans "Macbeth de Justin Kurzel

Marion Cotillard et Michael Fassbender dans "Macbeth de Justin Kurzel

© StudioCanal

C'est à croire que ceux qui disent avoir aimé le film ne l'ont pas vu. Comme le démontre son accueil, aux tristes applaudissements et aux huées dominantes. Même constat à la sortie, où les critiques étaient très négatifs. Il ne s'agit pas de comparer la version de Justin Kurzel à celles de Welles et Polanski (cette dernière ayant reçu par ailleurs une réception mitigée), mais d'apprécier un film. Ambitieuse,  cette version n'en reste pas moins décevante.

Macbeth
De Justin Kurzel, avec Michael Fassbender, Marion Cotillard - 1h53, Date de sortie : 4 novembre 2015.

Synopsis : Lecture de la tragédie la plus célèbre et captivante de William Shakespeare, celle d'un vaillant guerrier autant que chef charismatique, plantée sur les champs de bataille au milieu des paysages de l'Écosse médiévale, Macbeth est fondamentalement l'histoire d'un homme abîmé par la guerre, et qui tente de reconstruire sa relation avec son épouse bien-aimée, tous deux aux prises avec les forces de l'ambition et du désir.