Flash-back sur ces héros de dessins animés qui se sont invités à Cannes

Par @Culturebox
Mis à jour le 22/05/2015 à 18H53, publié le 22/05/2015 à 18H23
"Vice Versa" a été reçu sous les applaudissements cette semaine à Cannes 

"Vice Versa" a été reçu sous les applaudissements cette semaine à Cannes 

© The Walt Disney Company France

Avec "Vice Versa" et "The Little Prince" en sélection officielle, le film d'animation est plus présent que jamais au Festival de Cannes. Longtemps écartés de la programmation, les héros de dessins animés se mêlent depuis quelques années aux stars bien réelles de la croisette. Sans pouvoir néanmoins, et on peut le regretter parfois, rivaliser avec eux dans la Compétition.


5/5. C'est la note attribuée par Culturebox à la copie rendue par Pete Docter après la projection presse de son film "Vice Versa". Ce bijou d'animation piloté par Pixar, dont la peur, la colère ou encore la joie sont des personnages, fait partie des deux longs-métrages sélectionnés pour cette édition 2015. Le second, "The Little Prince", adaptation libre et poétique du fabuleux univers de Saint Exupéry, est présenté aujourd'hui. Deux films donc et un regret. Celui de ne pas voir ce type de production concourrir pour la Palme d'or au vu (du moins pour "Vice Versa") des qualités narrative et technique proposées au public. Si les Kirikou, Shrek et autre panda maître Kung Fu jouent les stars dans les salles obscures cannoises, nombre de leurs aînés, issus des films d'animation comme des dessins animés plus traditionnels, n'ont pas eu droit à cet honneur pendant longtemps. Pas besoin de vous faire un dessin, voici une petite rétrospective en mots et en images de cette histoire. 

Dumbo

L'aventure animée de Dumbo l'éléphant remporte le Grand Prix du dessin animé en 1947

L'aventure animée de Dumbo l'éléphant remporte le Grand Prix du dessin animé en 1947

© Screen Prod / Photononsfop

Après le musical "Make Mine Music" en 1946, Disney remporte pour la deuxième année consécutive le Grand Prix du dessin animé pour "Dumbo", réalisé par Bob Cormarck. Ce film de 64 minutes (l'un de plus courts de Disney), adapté du livre éponyme de Helen Aberson, est le cinquième long-métrage des studios Disney. Sorti en 1941, son but originel était de compenser les faibles recettes rapportées l'année précédente par "Pinocchio" et "Fantasia". Mais l'histoire de ce petit éléphant aux grandes oreilles, qui émeut la croisette, est considéré comme l'un des incontournables classiques de Disney. Pour l'anecdote, la catégorie "dessin animé" du Grand Prix disparaît dès 1948.

Peter Pan 

"Peter Pan" film en Compétition en 1953

"Peter Pan" film en Compétition en 1953

© Archives du 7ème art/Photo12/AFP

Sorti en 1953, "Peter Pan" est sélectionné en Compétition officielle du 8e Festival de Cannes aux côtés de trente-quatre autres films, dont le futur lauréat du Grand Prix : "Le salaire de la peur" réalisé par Henri-George Clouzot. Le film du trio Hamilton Luske, Clyde Geronimi, Wilfred Jackson, reparti bredouille, a malgré tout attiré plus de 7 millions de français lors de sa sortie en salles. Walt Disney, qui avait été lui-même déçu du personnage de Peter Pan, reçoit des mains d'Émile Hugues, ministre de l'information et en présence de Jacques Flaud, Directeur du Centre du Cinéma, la légion d'honneur. 

Extrait de la version française originale de "Peter Pan" (1953)

Shrek

Shrek est le premier film depuis 1953 a être sélectionné en Compétition à Cannes

Shrek est le premier film depuis 1953 a être sélectionné en Compétition à Cannes

© KOBAL / THE PICTURE DESK

Près d'un demi-siècle qu'on avait pas vu ça. En 2001, le film d'animation, en l'occurence "Shrek" des studios DreamWorks, revient en odeur de sainteté auprès des manitous de la croisette après quarante-huit années de disette. L'ogre vert au coeur tendre succède donc au garçon qui ne voulait pas grandir mais doit s'incliner face à des concurrents de taille : "La chambre du fils" de l'italien Nanni Moretti (en compétition cette année avec "Mia Madre"), "Le pianiste" de Michael Haneke ou encore "The Barber" des frères Cohen. Jolie victoire cependant. Trois ans plus tard, Shrek remonte les marches du Festival avec ses amis l'Ane et Fiona, à l'occasion de la présentation du deuxième opus de ses aventures.

Kirikou

Le petit garçon créé par Michel Ocelot est présent à Cannes dans "Kirikou et les bêtes sauvages" (hors Compétition) en 2005

Le petit garçon créé par Michel Ocelot est présent à Cannes dans "Kirikou et les bêtes sauvages" (hors Compétition) en 2005

© Les Armateurs / Archives du 7ème art / Photo 12

Le 13 mai 2005, le Festival de Cannes prend des airs de récréation. 1800 enfants de CM2 et de 6e foulent le tapis rouge pour assister à une séance de cinéma spécialement créée pour eux : la séance des enfants. Pour l'inaugurer, le festival de Cannes, conjointement avec l'Éducation nationale et l'Unicef, fait appel à un héros africain petit par la taille mais vaillant dans le coeur, Kirikou. Personnage créé en 1998 par le Français Michel Ocelot, Kirikou débarque dans "Kirikou et les bêtes sauvages" le temps d'une après-midi cannoise avant de sortir en salles en décembre. 

Po le panda et les cinq Cyclones

Mark Osborne déjà présent à Cannes en 2008 avec "Kung Fu panda"

Mark Osborne déjà présent à Cannes en 2008 avec "Kung Fu panda"

© KOBAL / THE PICTURE DESK

Après Shrek, c'est au tour du panda Po, au goût prononcé pour les nouilles et les arts martiaux, de se prêter à l'exercice de la montée des marches. Tout droit sorti des studios DreamWorks, "Kung Fu Pan" raconte l'histoire d'un jeune panda, élu d'une prophétie, qui doit apprendre le Kung Fu auprès de ses idoles, Tigresse, Grue, Mante, Vipère et Singe, sous les ordres du maître Shifu. L'une des anecdotes de cette édition : l'acteur Jack Black, qui double le personnage de Po, se livrant à une démonstration de Kung Fu devant l'hôtel Carlton. Pour l'un des deux créateurs du film, Mark Osborne, l'aventure cannoise n'est pas terminée. Il est le réalisteur de "The Little Prince" projeté aujourd'hui hors compétition. 


Russel et Carl, à fond les ballons !

Les deux explorateurs ouvrent les cérémonies du 62e Festival de Cannes

Les deux explorateurs ouvrent les cérémonies du 62e Festival de Cannes

© RIA Novosti

2009. Le Festival de Cannes vit un moment historique. C'est la première fois depuis sa naissance qu'un film d'animation est projeté en cérémonie d'ouverture. L'heureux élu s'appelle "La-haut". Ce long-métrage des studios Disney-Pixar dont les héros sont un petit garçon et un vieil explorateur veuf, va emmener les spectateurs dans un voyage en ballons extraordinaire. Autre nouveauté à l'occasion de cette projection : les paires de lunettes 3D, pour voir le film, accompagnent robes et smokings dans les fauteuils rouges. 


Alex, Marty, Gloria et Melman font une virée en Europe

Les animaux déjantés de "Madagascar" s'invitent à Cannes en 2012

Les animaux déjantés de "Madagascar" s'invitent à Cannes en 2012


L'intégration de films d'animation à la programmation du Festival de Cannes se normalise donc dans les années 2000 et va se poursuivre par la suite. La preuve, en 2012 ce sont le lion Alex, le zèbre Marty, l'hippopotame Gloria et la girafe Melman qui sont de la partie hors Compétition, à l'occasion de leur troisième aventure "Madgascar : Bons baisers d'Europe", réalisée par Eric Darnell, Tom McGrath et Conrad Vernon. Le cru 2012 est particulièrement exceptionnel car la Quinzaine des réalisateurs a sélectionné cette année-là le dessin animé "Ernest et Célestine", un film sur l'amitié entre un ours et une souris, réalisé par Stéphane Aubier, Vincent Patar, Benjamin Renner. Adaptation à l'écran des livres jeunesse de l'auteure et illustratrice belge Gabrielle Vincent, le film est projeté pour l'occasion en avant-première mondiale. 


Harold le viking dresseur de dragon et Kaguya, princesse japonaise  

Rebelotte en 2014. Cannes accueille, du 14 au 25 mai, deux films d'animation. Le premier, "Dragons 2" (de Dean DeBlois) permet au jeune Viking Harold et à son attachant dragon de voir la suite de leurs aventures épiques projetées hors compétition. Très bonne réception du public cannois. À en voir les images de la bande annonce on se demande bien pourquoi ! 

Dragons 2, la bande annonce

Face au valeureux guerrier, une jolie princesse du pays du Soleil-Levant : Kaguya, invitée par la Quinzaine des réalisateurs. Poésie et finesse accompagent son histoire ("Le conte de la princesse Kaguya"), cinquième long-métrage du cinéaste japonais Isao Takahata, dont la notoriété vient de son film "Le tombeau des lucioles", sorti en 1988.