Cannes 2016 : la compétition officielle en manque de jeunes talents

Par @Culturebox
Mis à jour le 19/05/2016 à 16H36, publié le 19/05/2016 à 16H22
Le réalisateur Xavier Dolan © LOIC VENANCE / AFP

Le réalisateur québécois, Xavier Dolan, présente à Cannes son dernier film "Juste la fin du monde". A 27 ans, le jeune cinéaste apporte un vent de fraîcheur dans la compétition officielle et fait figure d'exception. Depuis plusieurs années, la moyenne d'âge des réalisateurs dépasse les 55 ans. Les plus jeunes ont de moins en moins la possibilité de briller en compétition officielle.

A tout juste 27 ans, Xavier Dolan participe pour la deuxième fois à la compétition officielle du Festival de Cannes, avec son bouleversant huis clos "Juste la fin du monde". Le prodige du cinéma québécois, fait un peu figure d'outsider ces dix dernières années dans la compétition officielle. Il avait 25 ans, quand il a présenté, en 2014, "Mommy" sur la croisette, film pour lequel il a reçu le Prix du jury ex-aequo avec "Adieu au langage", de Jean-Luc Godard, âgé lui de 83 ans. Plus les éditions du festival passent, plus la moyenne d'âge des réalisateurs augmente. Depuis dix ans, elle se situe en 45 et 60 ans.

A part le réalisateur de "Juste la fin du monde", aucun moins de trente ans n'est passé par la compétition officielle depuis 2006 au moins. Cette année-là, le réalisateur américain Richard Kelly, 31 ans, présentait l'ovni cinématographique "Southland". Et durant la même édition du Festival de Cannes, Sofia Coppola délivrait à l'âge de 35 ans sa vision pop de la vie de château de "Marie-Antoinette".

Des prix pour des réalisateurs entre 25 et 30 ans

Il est loin le temps où François Truffaut déboulait sur la croisette avec "Les Quatre Cents Coups", en 1959 et pour remporter le Prix de la mise en scène alors qu'il n'avait que 27 ans. Steven Spielberg est âgé de 28 ans, lorsqu'il est sélectionné pour son tout premier film, "Sugarland Express", qui reçoit le Prix du meilleur scénario.

Le record du plus jeune cinéaste ayant obtenu la Palme d'or, revient à Steven Soderbergh. Il a 26 ans, en 1989, lorsqu'il secoue la croisette avec l'un des films les plus chocs de Cannes, "Sexe, Mensonges et Vidéo". Le record du réalisateur le plus jeune ayant été sélectionné en compétition officielle, revient à une femme : l'Iranienne Samira Makhmalbaf. Elle a 20 ans quand elle présente "Le Tableau noir" en 2000. Elle recevra même, cette année, là le Prix du jury.

Un passage obligé à la Quinzaine des réalisateurs ou dans Un certain regard

Le mois de mai cannois permet bien évidemment de dénicher des jeunes talents, mais ces derniers se trouvent dans les sélections parallèles comme la Quinzaine des réalisateurs, Un certain regard ou la semaine de la critique.

C'est devenu le rituel des réalisateurs pour obtenir la sacro-sainte nomination dans la compétition officielle. Avant de pouvoir monter les 27 marches du Palais des Festivals et des Congrès, Xavier Dolan a présenté son premier long-métrage à la Quinzaine et ses deux suivants dans la sélection Un certain regard. Le jeune réalisateur, surdoué et un poil arrogant, s'était plaint en 2012 que son film Laurence Anyways n'était sélectionné "qu'en sélection Un certain regard". Thierry Frémaux, le délégué général du Festival de Cannes, avait tenté de consoler le cinéaste en lui prédisant que dans vingt ans, il aura fait vingt films et qu'il aura tout le temps d'être en compétition. Il n'aura attendu finalement que deux ans, avec la présentation de "Mommy".

Ken Loach, les frères Dardenne, Spike Lee ou encore George Lucas sont passés par La Quinzaine des réalisateurs. Leurs premières œuvres témoignaient déjà de leur talent. C'est donc dans ces sélections dites "secondaires", qu'il faut chercher les talents de demain, elles regorgent de pépites !