Cannes 2015 : le Festival démarre, mais "Mad Max" explose tout

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Publié le 14/05/2015 à 07H20
Tom Hardy dans "Mad Max : Fury Road"

Tom Hardy dans "Mad Max : Fury Road"

© Warner Bros. France

Les "hostilités" débutent avec les deux films en compétition. "Notre petite sœur", du Japonais Kore-Heda Hirokazzu, venu à Cannes avec "Nobody Knows" (Prix d'interprétation masculine 2004) et "Tel père, tel fils", Prix du jury 2013. Il est face à "Le Conte des contes" de l'Italien Matteo Garrone deux fois Grand prix avec "Gomorra" (2008) et Reality" (2012). Mais c'est sans compter sur "Mad Max".

Mad Max écrase les prix

"Mad Max, Fury Road", s'est bien vendu à Cannes, et Cannes est ravi d'accueillir une telle franchise, créant ainsi l'événement, avec une belle montée des marches (Tom Hardy, Charlize Theron, George Miller), et une projection honorifique de 19H00, grillant la compétition officielle, reléguée au second rang. Le film a fait polémique  en raison de dégâts écologiques présumés sur son tournage, mais on n'en parlera pas trop, en cette année dédiée au réchauffement climatique…
 


Il n'en reste pas moins que "Mad Max" demeure mythique. Le premier film suscita une grande crise en France avec la censure, qui l'interdit. Il reste de ce point de vue une cause emblématique, comme "Massacre à la tronçonneuse" de la même époque, à quelques années prés. Les deux films sortiront finalement.

"Mad Max", qui révéla Mel Gibson, aura deux suites. La première, bien mieux budgétisée, sera un succès foudroyant et demeure une date dans l'histoire du film d'action. La deuxième fut un fiasco complet, malgré la présence de Tina Turner, mais s'avèrera très rentable. Ce "Mad Max" 4 est un événement planétaire, et il sort sur les écrans le jour même de sa projection en première mondiale à Cannes. Ça va chauffer !...

La compétition

Avec "Notre petite sœur", Kore-Hada poursuit son exploration de la famille japonaise, suite à l'intégration d'une petite demi-sœur, chez trois femmes adultes issues du même père géniteur. Un joli film très tendre, en accord avec toute la sensibilité de son réalisateur, où la cuisine tient une place primordiale.

"Notre petite soeur" : la bande-annonce

"Le Conte des contes" est plus complexe. Après la mafia de "Gomorra", puis la télé réalité de "Reality", Garrone adapte plusieurs contes fantastiques de la renaissance italienne signés Giambattista Basile. Rois et reines, fées et sorcières, monstres et malédictions habitent ce très beau film, aux images somptueuses, avec Salma Hayek, et Vincent Cassel, entre autres.


Un certain regard

Mais ce premier jour de la compétition correspond également à l'ouverture des sections parallèles à la sacro-sainte course à la Palme. En premier lieu, Un certain regard, qui fait partie de la sélection officielle, et remet un Prix qui lui est propre, dont la présidente du jury cette année, est Isabella Rossellini. Le film inaugural, "An" est signé d'une habituée du festival, Naomi Kawase, présente l'an dernier en compétition officielle avec "Still the Water". Le titre "An" provient d'une spécialité pâtissière japonaise, au cœur du film.

"An" de Naomi Kawase

"An" de Naomi Kawase

© Haut et Court

La Semaine de la critique

La plus ancienne section parallèle (1962), la Semaine de la critique, débute avec la projection de "Les Anarchistes", signé Eli Wajeman ("Alyah") avec Tahar Rahin et Adèle Exarchopoulos, sur le mouvement anar en 1899 en France et l'infiltration d'un "mouton noir" en son sein, de plus en plus séduit par les thèses nouvelles.

Adèle Exarchopoulos et Tahar Rahin dans "Les Anarchistes de Elie Wajeman

Adèle Exarchopoulos et Tahar Rahin dans "Les Anarchistes de Elie Wajeman

© Mars Distribution


La Quinzaine des réalisateurs

Née en 1969, suite aux événements de 68, la Quinzaine des réalisateurs ouvre son programme avec "L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel, un classique cannois, avec Philippe Merhar et Clotilde Courau. Un chassé-croisé amoureux entre deux hommes et deux femmes. Tout Garrel. L'anti-Mad Max...

"L'Ombre des femmes" : la bande-annonce