Cannes 2015 : bilan d'un Festival en demi-teinte

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 24/05/2015 à 16H39, publié le 24/05/2015 à 09H40
Ethan Coen, Sophie Marceau, Rossy de Palma,Guillermo Del Toro, Rokia Traore, Xavier Dolan, Sienna Miller, Jake Gyllenhaal et Joel Coen, les jurés du 68e Festival au grand complet sur les marches du Palais des festivals.

Ethan Coen, Sophie Marceau, Rossy de Palma,Guillermo Del Toro, Rokia Traore, Xavier Dolan, Sienna Miller, Jake Gyllenhaal et Joel Coen, les jurés du 68e Festival au grand complet sur les marches du Palais des festivals.

© Cironneau/AP/SIPA

C'est un accord unanime des festivaliers : cette 68e édition est des plus moyennes, avec ses 19 films en compétition. Personne n'a aimé cette programmation à laquelle tout le monde s'est ennuyé. Ce niveau qualifié globalement de "moyen" pose d'autant plus de problèmes à déterminer des préférences, à donner des films émergeants. Que l'on se rassure, il y a eu tout de même de beaux films.

Tableau notes Culturebox Cannes 2015


Avant la remise de la palme, les diagnostics vont bon train sur la Croisette...
Reportage : S Gorny / N.Berthier / G.Gheorghita / P.Guény  


Heureusement Mad Max

Le film d'ouverture, hors compétition, "La Tête haute" d'Emanuelle Bercot, fut plutôt un bon choix. Mais demeurent des bémols. Le même jour était projetés les premiers longs métrages en compétition : "Notre petite sœur" du Japonais Kore-Heda Hirokazzu ("Nobody Knows") a largement déçu, alors que "Le Conte des contes" de Matteo Garonne divisait franchement le critique. Le film reste à notre sens plein de charme. Mais...

"La Tête haute" : la bande-annonce

Le film qui fait l'unanimité cette année, c'est "Mad Max 4". Tout le monde ne cesse de dire qu'heureusement il était là… Hors compétition. Parce qu'il faut dire qu'en face, "Le Fils de Saul", sur la Shoah, n'était pas facile, mais réussi, et d'aucuns le donnent présent au palmarès. Il est notamment le Prix François Chalais cette année, qui récompense un film en phase avec l'actualité. Ce premier film hongrois de Lazslo Nemes s'avére des plus réussis, et potentiellement présent au palmarès, au moins à la caméra d'or, s'agissant d'un premier film. 

Le Fils de Saul : extrait

Le lendemain, "The Lobster", film "Ovni" du grec Yorgos Lanthimos (réalisateur de l'excellent "Canine") a enchanté la critique, avec son sujet complètement à l'Ouest. Le même jour était projeté hors compétition "L'Homme irrationnel" de Woody Allen, très aimé par les uns (dont nous sommes), détesté par les autres (étrange). Le même jour, on découvrait "La Forêt des songes" de Gus van Sant, en compétition, qui s'est avéré une catastrophe, de l'avis général.

"The Lobster" : extrait

Moretti favori

On a remonté d'un cran le lendemain grâce à "Mia Madre" de Nanni Moretti, qui part favori pour la Palme ou le Prix d'interprétation féminine pour Margherita Buy. Autre film en compétition ce même jour, "Carol" de Todd Haynes, sur le lesbianisme dans les années 50 aux Etats-Unis. Beau, mais quelque peu conventionnel.


Le jour d'après, "Mon Roi" de Maïwenn a divisé une bonne partie de la critique qui se demandait ce que le film faisait là… Quand à "Plus fort que les bombes" de Johachim Trier, ce fut un des pires films de cette 68e sélection.


Enfin "La Loi du marché" de Stéphane Brizé a illuminé cette sélection. Palme potentielle, le film ne la recevra sans doute pas, mais si Vincent Lindon ne repart pas avec le Prix d'interprétation, je mange mon chapeau. Le Même jour, "Marguerite et Julien" , grand film malade, ne pouvait faire l'unanimité.


Surprise avec "Sicario", le thriller de Vincent Villeneuve, mais qui ne risque pas de se retrouver au palmarès. Le film de Jia Zhang-Ke, "Mountains May Depart" a par ailleurs beaucoup déçu, après son superbe "A Touch of Sin" d'il y a deux ans.

Interview réalisée par le Tapis Rose de Catherine.TV.


Paolo Sorrentino a ensuite enthousiasmé la Croisette  avec "Youth", où le duo Michael Caine et Harvey Keitel font merveille. Cela serait très beau de les voir récompensés d'un double Prix d'interprétation. "The Assassin" du Taïwanais Hou Hisio-Hsien est, lui, beaucoup aimé, mais sa beauté formelle ne suffit pas à en faire une Palme.

"Youth" : la bande-annonce


"Dheepan" de Jacques Audiard a marqué, mais pas plus que cela, et ne restera sans doute pas au final. Bien, mais sans plus. Tout comme "Valley of Love", avec Isabelle Huppert et Gérard Depardieu, que l'on donne bon partant pour un Prix d'interprétation. "Chronic" du Mexicain Michel Franco, avec Tim Roth, est a quant à lui des plus morbides, mais poignant. Tout comme le "Macbeth" de Justin Kurzel, raté, projeté en fin de Festival.

"Dheepan" : extrait

 

Animations

Il ne faudrait pas négliger les deux films d'animation projetés hors compétition qui ont fait forte impression et auraient mérités d'être dans la course à la Palme, au regard de certains long métrages sélectionnés. Ainsi "Vice versa" des studios Diney/Pixar a enthousiasmé la salle avec des applaudissements à tout rompre en fin de projection.
 

"Vice versa" : la bande-annonce


"Le Petit Prince" est également un très beau film qui ne prend pas la voie de la facilité, puisqu'il n'est pas une adaptation pure et simple du conte de Saint-Exupéry, mais constitue une approche novatrice, tout en restant fidèle à l'original. 
 

"Le Petit Prince" : la nouvelle bande annonce