Rithy Panh reçoit le prix "Un certain regard" pour "L'Image manquante"

Par @Culturebox
Mis à jour le 26/05/2013 à 12H15, publié le 26/05/2013 à 11H26
Le réalisateur franco-cambodgien Rithy Panh

Le réalisateur franco-cambodgien Rithy Panh

© Baltel / SIPA

"L'Image manquante" du cinéaste franco-cambodgien Rithy Panh, sur l'horreur du génocide au Cambodge, a reçu samedi soir à Cannes le prix de la section "Un Certain regard".

Le réalisateur notamment de "S21, la machine de mort khmère rouge" (2002), signe là un nouveau film sur le travail de mémoire et sur la douleur des survivants du régime des Khmers rouges au Cambodge.
 
Dans ce documentaire plus personnel et intime, Rithy  Panh, rescapé des camps de travail dans lesquels il a perdu une partie de sa  famille, part à la recherche de "l'image manquante" du génocide, qui permettrait de raconter l'Histoire.
 
Rithy Panh dédie son prix à Jafar Panahi
Dans l'impossibilité de la trouver, il s'interroge sur son rôle de cinéaste et décide de fabriquer lui-même ces images qui aident à comprendre le passé. Il recrée avec des figurines de terre cuite les images perdues de son enfance au Cambodge et de la tragédie traversée par sa famille.
 
Rithy Panh  a dédié son prix au cinéaste iranien dissident Jafar Panahi, assigné à résidence dans son pays et interdit d'exercer son métier.
Extrait d'"Omar", de Hany Abu-Assad, prix du jury "Un certain regard"
 
"L'Inconnu du lac" d'Alain Guiraudie reçoit le prix de la mise en scène
Le prix du jury est quant à lui revenu au film "Omar", du réalisateur néerlando-palestinien Hany Abu-Assad, histoire d'amour et de trahison mettant en scène trois amis d'enfance et une jeune femme dans les territoires palestiniens.
 
Le prix de la mise en scène a été attribué à "L'Inconnu du lac" du Français Alain Guiraudie, sur des histoires d'amour et de sexualité dans un lieu de rencontres homosexuelles. Le film, qui aborde la sexualité gay de manière crue, sera interdit aux moins de 16 ans au moment de sa sortie en salles.

Le prix a également reçu samedi la "Queer Palm", prix indépendant qui distingue un film de Cannes pour son traitement des questions homosexuelles.
La bande-annonce de "L'Inconnu du lac" d'Alain Guiraudie
 
Des prix pour "La Jaula de oro" de Diego Quemada-Diez et Ryan Coogler
Le prix "Un Certain talent" a été remis à l'ensemble des acteurs du film "La Jaula de oro" ("La Cage dorée") du réalisateur espagnol Diego Quemada-Diez, qui réside au Mexique. Le film de cet ancien assistant de Ken Loach aborde le thème de l'immigration au Mexique à travers l'épopée d'adolescents qui tentent de passer clandestinement aux Etats-Unis.
 
Le prix a été reçu sur scène par les trois jeunes acteurs non professionnels du film, les Guatémaltèques Brandon Lopez et Karen Martinez et le Mexicain Rodolfo Dominguez, indien tzotzil du Chiapas, âgés tous trois de 16 ans.
La bande annonce de "La Jaula de oro" de Diego Quemada-Diez
 
Le "Prix de l'avenir" a, quant à lui, été décerné à "Fruitvale station", premier long métrage de l'Américain Ryan Coogler, 26 ans, produit par Forest Whitaker.
 
Ce film, qui avait reçu le Grand prix du Jury au festival du film indépendant américain de Sundance, est tiré de l'histoire vraie du jeune noir Oscar Grant, abattu durant le réveillon 2009 dans une station de métro par la  police à Oakland, près de San Francisco (Californie).
 
Le réalisateur, scénariste et producteur danois Thomas Vinterberg présidait cette année le jury de "Un Certain Regard", l'une des sélections officielles du Festival de Cannes aux côtés de la compétition.
La bande-annonce de "Fruitvale Station" de Ryan Coogler