Parité: seulement 27% de femmes scénaristes dans le cinéma français

Par @Culturebox
Mis à jour le 02/05/2014 à 16H00, publié le 02/05/2014 à 15H57
Valéria Bruni-Tedeschi était al seule femme en compétition en 2013 à Cannes

Valéria Bruni-Tedeschi était al seule femme en compétition en 2013 à Cannes

© VALERY HACHE / AFP

Le "plafond de verre" étouffe la création dans le cinéma français, estime la Guilde française des scénaristes, sur la base d'une étude sur dix ans selon laquelle 73% des scénaristes sont des hommes.

Camille Haddouf, chercheuse en économie à l'Université de Paris I et la scénariste Isabelle Wolgust dressent un état des lieux de la situation des femmes parmi les auteurs (scénaristes et réalisateurs écrivants) dans le cinéma de fiction français sur la période 2003-2012.

Les femmes représentent 27% des 887 scénaristes pris en compte, et seulement 22% des réalisateurs écrivant. Plus le budget augmente, plus la part des femmes diminue, observe l'étude : parmi les scénaristes, 20% de femmes écrivent des films à petit budget (moins de 1 M d'euros) contre 7% pour des films de plus de 15 millions d'euros.

Parmi les réalisatrices écrivantes, 18% écrivent des films dont le budget est inférieur à 1 million d'euros et seulement 3% des films dont le budget dépasse 15 millions. Pire: aucune femme scénariste dont l'activité principale est l'écriture de scénario n'a écrit seule, c'est-à-dire sans partenaire masculin, entre 2003 et 2012.

Plus de femmes quand même depuis 10 ans

Toutefois, la part des femmes scénaristes augmente sur la période de dix ans: elle passe de 15% en 2003 à 34% en 2012. Pour les réalisatrices écrivantes, l'amélioration est moins nette: leur part passe de 17% en 2003 à 25% en 2012.

La Guilde note que "depuis la création des César, 16 femmes ont reçu le César du meilleur scénario original ou adaptation et l'ont toujours (sauf une fois), reçu avec au moins un homme. Seule une réalisatrice a remporté le César du meilleur réalisateur, et 3 le César du meilleur film. La place des femmes fait régulièrement polémique au Festival de Cannes.

En 2013, des voix s'étaient élevées pour dénoncer la présence d'une seule réalisatrice, Valéria Bruni-Tedeschi, dans la compétition (aucune en 2012). Une seule Palme d'or a été décernée à une femme dans l'histoire du festival, en 1993 à la Néo-Zélandaise Jane Campion pour "La Leçon de Piano". Elle sera cette année présidente du jury.