Le réalisateur de "Grace de Monaco" se sent "insulté" par les propos de la famille monégasque

Par @Culturebox
Mis à jour le 12/05/2014 à 14H02, publié le 12/05/2014 à 09H47
Nicole Kidman, "Grâce de Monaco" d'Olivier Dahan

Nicole Kidman, "Grâce de Monaco" d'Olivier Dahan

© LILO/SIPA

Le réalisateur de "Grace de Monaco", Olivier Dahan, affirme se sentir "insulté" par les propos récents de la famille Grimaldi à l'encontre de son film qui fera l'ouverture du 67e Festival de Cannes mercredi, dans un entretien au Journal du Dimanche.

"Quand je lis dans leur communiqué que tout cela n'a été fait 'qu'à des fins commerciales', je me sens insulté", dit le réalisateur de "Grace", interprétée par Nicole Kidman, dans un entretien accordé au Journal du Dimanche.
Partout dans le monde, et bien sûr sur la Croisette, le film sortira dans la version voulue par Olivier Dahan. "On est en France et à Cannes. La seule version est la version du réalisateur", a tranché Thierry Frémaux, délégué général du festival.

Dans son communiqué, la famille de la princesse Grace de Monaco avait expliqué ne souhaiter "en aucune manière être associée à ce film qui ne reflète aucune réalité et regrette que son histoire ait fait l'objet d'un détournement à des fins purement commerciales".
Olivier Dahan a répliqué dimanche en affirmant "ne jamais avoir prétendu réaliser un biopic. Il n'y a pas de scoops dans mon film, donc pas de quoi en faire un drame". "Il y a des événements vrais et d'autres fantasmés, c'est mon droit à la fiction", ajoute-t-il.
"Grace de Monaco" : la bande-annonce
"Je suis un artiste pas un historien", relève Dahan qui dit avoir été intéressé par une femme "qui va inventer la notion de princesse moderne" et qui est confrontée "à un choix décisif (...) sa famille ou sa carrière". Le film se déroule durant l'année 1962, sur fond de tensions entre la France et la Principauté.

"J'espère que les photographes poseront leurs appareils"

"Ce film n'aurait jamais dû exister", a déclaré de son côté Stéphanie de Monaco au quotidien Monaco Matin à propos du film en précisant qu'elle "n'ira sûrement pas le voir" après avoir lu le scénario et visionné la bande-annonce. "Si on tient à faire un film basé sur des faits historiques, il faut s'en tenir aux faits. Ce film ne fait pas l'éloge de Monaco, ni du grand homme qu'était mon père, le prince Rainier", a-t-elle ajouté, appelant les photographes du festival de Cannes à se mobiliser.

"J'espère que les photographes poseront leurs appareils, comme ça s'est déjà fait par le passé, lorsque l'équipe du film montera les marches. C'est le message que je veux faire passer", a-t-elle conclu.

Le producteur Pierre-Ange Le Pogam avait souligné début mai auprès de l'AFP qu'il n'y avait "pas lieu à polémique" avec ce film et rappelé que les équipes avaient été extrêmement bien accueillies" sur le Rocher pour le tournage.

Interrogé sur le conflit en cours quant au montage du film pour les Etats-Unis avec le distributeur américain du film, le très influent Harvey Weinstein, Olivier Dahan explique lui avoir parlé récemment par mail. "J'ai dit: 'ce serait bien qu'on avance'. Il a répondu: 'oui d'accord'. Mercredi c'était réglé". Mais ajoute-t-il: "Vous savez je suis le dernier informé et ca change tous les jours... Ce sont des histoires de producteur et de distributeur".