La revue du web - Jour 1 #Cannes2014

Par @Culturebox
Mis à jour le 20/05/2014 à 20H50, publié le 14/05/2014 à 19H32
Arrivée de Lambert Wilson à Cannes

Arrivée de Lambert Wilson à Cannes

© Loïc Venance

A l'occasion de la pré-montée des marches du Festival de Cannes, la croisette s'amuse ! Entre huées pour le film d'ouverture, virement de bord pour celui de Ferrara qui devait sortir exclusivement sur internet, et derniers préparatifs avant le début de la cérémonie, la 67e édition du Festival s'annonce pleine de surprises.

En ce premier jour du Festival de Cannes, le film attendu à l’occasion de la pré-montée des marches, c’est "Grace de Monaco" d’Olivier Dahan, présenté hors compétition en ouverture. Bien avant la projection officielle de 19h15, qui marquera le coup d’envoi du Festival, la projection presse du film a eu lieu ce matin et n’a cessé de susciter des réactions et critiques pour le moins virulentes. En parallèle, l’arrivée du jury de la Compétition Officielle et de la présidente Jane Campion était relayée sur Youtube.

LE FILM QUI BUZZE
A peine sorti de la projection presse de Grace de Monaco, Destination Ciné relate l’accueil froid auquel a du faire face le film d’Olivier Dahan. Sifflé et hué par l’audience, le film, qui avait déjà suscité une première polémique auprès de la famille Grimaldi et particulièrement de la princesse Stéphanie de Monaco qui dénonçait un "film qui n’aurait jamais dû exister", a été critiqué comme "aussi plat que la Méditerranée" et "aussi laid qu’une pub Ferrero Rocher" par le critique cinéma Cyrille Falisse du Passeur de Critique.


L'IMAGE DU JOUR

En direct de Cannes, le maître de cérémonie Lambert Wilson s’engage en faveur de la libération des 223 Nigérianes enlevées par le groupe armé Boko Haram avec #BringBackOurGirls.

Lambert Wilson affiche le #BringBackOurGirls en soutien aux Nigérianes enlevées

Lambert Wilson affiche le #BringBackOurGirls en soutien aux Nigérianes enlevées

© Gala
LE TWEET DU JOUR
Quand Gilles Jacob poste une photo de la répétition de la cérémonie d’ouverture du Festival, qui sera introduite par Lambert Wilson, voici ce que ça donne :

Le GIF du jour
Si la mise en place du tapis rouge a beaucoup fait parler sur le web…

Déroulé du tapis rouge

Déroulé du tapis rouge

© Tumblr

…on préfère revoir la mythique scène de "Huit et Demi" dans laquelle Marcello Mastroianni, visage de l’affiche du 67e Festival de Cannes, a ce fameux geste :

Marcello Mastroianni dans "Huit et demi" de Federico Fellini

Marcello Mastroianni dans "Huit et demi" de Federico Fellini

© Giphy

LE RENDEZ-VOUS DU JOUR
L’arrivée du jury du festival de Cannes, dont la composition a été saluée pour le respect de la parité (5 femmes et 4 hommes), était à suivre via le Live stream du Photocall lancé par TV Festival de Cannes.

Les membres féminins du jury de la Compétition

Les membres féminins du jury de la Compétition

© Youtube
Les membres masculins du jury de la Compétition entourant Jane Campion, présidente du jury

Les membres masculins du jury de la Compétition entourant Jane Campion, présidente du jury

© Youtube
L'INFO EN PLUS
"Welcome to New York", nouveau long métrage d’Abel Ferrara sur l’affaire DSK, qui met en scène Gérard Depardieu dans le rôle de l’ancien patron du FMI, sera projeté samedi 17 mai au soir dans les cinémas de Cannes et dans le cadre du marché du film.
Pour l’heure, Julianne Moore, Blake Lively, Audrey Tautou, Zoe Saldana mais aussi Nicolas Winding Refn, Gael Garcia Bernal, Willem Dafoe ou encore Tim Roth ont été aperçus sur la croisette. Plusieurs célébrités sont encore attendues d’ici la fin de la soirée.
 
En outre, un extrait de « Qui Vive », le dernier film de Marianne Tardieu qui porte à l’écran Adèle Exarchopoulos ("La Vie d’Adèle") et Reda Kateb ("Un prophète", "Zero Dark Thirty") vient d’être dévoilé. Le film est en sélection pour le Festival ACID de Cannes, qui célèbrent les longs et courts métrages issus du cinéma indépendant.
Extrait du film "Qui vive" de Marianne Tardieu

A SUIVRE, les premières impressions des critiques après la projection presse de "Timbuktu" d'Abderrahmane Sissako, drame sur le thème de l'occupation de la ville par les djihadistes depuis 2012.