Cannes : Michel Legrand dénonce le manque d'aventuriers dans la musique de films

Par @Culturebox
Mis à jour le 29/05/2013 à 15H35, publié le 17/05/2013 à 18H05
Photo de Michel Legrand au Festival de Cannes 2013

Photo de Michel Legrand au Festival de Cannes 2013

© LOIC VENANCE / AFP

Pour ceux qui n'étaient pas à Cannes, le mythique film de Jacques Demy, "Les Parapluies de Cherbourg", palme d'or 1964, ressort en salles en version restaurée le 19 juin. Audacieux et très novateur, le film connut un succès phénoménal. Aujourd'hui, Michel Legrand, le compositeur de Demy, s'érige contre le manque de créativité dans la musique de film actuelle. Réaction plus bas d'Alexandre Desplat.

La nouvelle génération de compositeurs pour le cinéma "manque d'aventuriers" prêts à "prendre des risques", a confié le géant français de la musique de films Michel Legrand, cité le 17 mai dernier par l'AFP. A 80 ans, le compositeur attitré de Demy attend encore d'être surpris et enchanté par la musique, dans bien des cas véritable moteur des films. Il s'est confié à Daphné Benoit, de l'AFP.

"Ça manque d'aventuriers, tout ça. Il n'y a rien de vraiment extraordinaire. Chicago, c'est sympathique. Les comédies musicales françaises, je n'en parle même pas parce que j'en ai honte. Quand 'West Side Story' est arrivé, quand 'Les parapluies' sont arrivés, Gene Kelly dans 'Singing in the rain', c'est ça les comédies musicales, quand une vraie folie met de l'ordre dans le désordre."
Gene Kelly dans "Singing in the rain" (extrait)
"Actuellement, la plupart des musiques de films sont faites par des gens qui ne sont pas musiciens. Ils grattent une guitare ou ils appuient sur un appareil électronique qui fait boum-boum, ça ne m'impressionne pas du tout. Quand on a fait 'Les parapluies' avec Jacques (Demy), on s'est fait foutre à la porte à coups de pied dans le cul par tout le monde, sauf un, fou aussi : Pierre Lazareff."
Catherine Deneuve et Nino Castelnuovo dans "Les parapluies de Cherbourg" (1964)
"Aujourd'hui il n'y a rien de nouveau. J'entends toujours le même son, partout, formaté de la même manière. Ça m'énerve. Les gens espèrent faire carrière, fortune, mais ce n'est pas comme ça qu'il faut s'y prendre. Il faut prendre tous les risques, abandonner toute idée de réussite. Il faut avoir un amour irraisonné pour les gens et les choses, une folie totale. Personne n'ose. C'est la triste constatation de cette époque."

Alexandre Desplat réagit aux propos de Michel Legrand
Dans "Le Figaro" du mercredi 29 mai 2013, Alexandre Desplat, l'un des plus célèbres et plus sollicités parmi les compositeurs actuels de bandes originales de films, a assuré qu'il ne s'est pas senti concerné par les critiques de Michel Legrand : "Nos rapports sont plutôt courtois et je ne suis pas sûr qu'il m'ait inclus dans cette critique. A mon avis, elle vise plutôt les metteurs en scène. Certains sont frileux et hésitent à emprunter des chemins qui, aujourd'hui, peuvent paraître singuliers. Qu'il s'agisse d'une musique de type symphonique ou des musiques du monde. Il en est de même aux Etats-Unis."