Cannes 2014 : "Saint Laurent" en haut des marches et Depardieu en guest star

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 17/05/2014 à 07H54, publié le 17/05/2014 à 07H15
Gaspard Ulliel dans "Saint Laurent" de Bertrand Bonnello

Gaspard Ulliel dans "Saint Laurent" de Bertrand Bonnello

© 2014 Mandarin Cinéma – Europacorp – Orange Studio – Arte France Cinéma – Scope Pictures / Carole Bethuel

L'événement de cette quatrième journée du Festival de Cannes est la projection du "Saint Laurent" de Bertrand Bonello qui arrive après le "Yves Saint Laurent" de Jalil Lespert. Mais il y aura plus viril, avec une parade promotionnelle pour "Expendables 3", où Sylvester Stallone, Harrison Ford, Arnold Schwarzenegger sont attendus, mais aussi l'équipe de "Welcome to New York", sur l'affaire DSK.

Habitué du Festival, Bertrand Bonello a déjà fait quatre fois le voyage à Cannes, où en 2003 il était en compétition officielle avec "Tiresia", et en 2012 avec "L'Apollonide (Souvenirs d'une maison close)". Il est présent cette année avec "Saint-Laurent", le deuxième biopic sur le célèbre créateur de mode, qui, un temps, fut pressenti comme film d'ouverture du Festival.
Gaspard Ulliel dans "Saint-Laurent" de Bertrand Bonnello

Gaspard Ulliel dans "Saint-Laurent" de Bertrand Bonnello

© © 2014 Mandarin Cinéma – Europacorp – Orange Studio – Arte France Cinéma – Scope Pictures / Carole Bethuel
Bonello n'ayant pas soumis son scénario à Pierre Bergé, légataire de Saint Laurent, le cinéaste n'a pas bénéficié des archives du créateur (robes originales, lieux de tournages...) pour son film, à l'encontre de Jalil lespert pour son biopic avec Pierre Niney et Guillaume Gallienne. Mais il est nanti d'une distribution non moins prestigieuse avec Gaspard Ulliel, Jérémie Renier, Léa Seydoux, Louis Garrel, Amira Casar, Willem Dafoe et Valeria Bruni-Tedeschi. Sachant que Bonello se concentre sur la décennie 1967-1976 qui concentre la mutation créatrice d'Yves Saint Laurent, et non, comme Lespert, l'ensemble de sa vie, cela constitue un gage en sa faveur.

Le film a en face de lui en compétition "Les Merveilles" de la réalisatrice et actrice italienne Alice Rohrwatcher, avec Monica Bellucci et la sœur de la réalisatrice Alba Rohrwatcher. Il évoque une jeune fille vivant avec ses sœurs et son père en symbiose avec la nature, jusqu'à ce qu'un jeune garçon débarque et bouleverse sa vie.
"Les Merveilles" d'Alice Rohrwatcher

"Les Merveilles" d'Alice Rohrwatcher

© © ANSA

Mais la compétition pourrait bien être éclipsée par "Welcome to New York" le film d'Abel Ferrara sur l'affaire DSK, avec Gérard Depardieu et Jaqueline Bisset, qui ne sort pas en salles mais est distribue seulement en VOD, dès samedi. Joli coup de buzz, néanmoins relayé sur la marché du film qui projette le film dans deux cinémas cannois. Toute l'équipe devrait monter les marche ce soir

"Welcome to New York" : la bande-annonce

Toutefois, tout cela n'est rien comparé à la parade "Expendable 3" qu'a concocté Syvester Stallone pour la franchise lancée en 2010 en rassemblant tous les gros bras des films d'action depuis les années 80. Doivent défiler dans un camion militaire sur la Croisette : Sylverster Stallone, Harrison Ford, Arnold Schwarzenegger, Jason Statham, Mel Gibson, Dolph Lundgren, Wesley Snipes, Jet Li... Cela risque de créer un sacré bazar sur le parcours déjà bien encombré...

"Expendables 3" : la bande-annonce