Cannes 2014 : fin de Festival avec Assayas et le russe Zvyagintsev

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 23/05/2014 à 12H51, publié le 23/05/2014 à 07H08
Juliette Binoche et Kristen Stewart dans "Sils Maria" d'Olivier Assayas

Juliette Binoche et Kristen Stewart dans "Sils Maria" d'Olivier Assayas

© Carole Bethuel

Le Festival touche à sa fin avec les deux derniers films en compétition, "Sils Maria" d'Olivier Assayas, avec Juliette Binoche, et "Leviathan" du russe Andreï Zvyagintsev, Prix du jury Un certain regard en 2011 avec "Elena" et en compétition en 2007 avec "Le Bannissement". Du "hard core" bien cannois, avant un palmarès attendu samedi soir.

Olivier Assayas est un habitué de Cannes. Six fois présent sur la Croisette, avec trois films projetés en compétition : "Les Destinés sentimentales" (2000), "Demonlover" (2002) et "Clean" (2004), "Carlos" (réalisé pour Canal +) étant projeté hors compétition en 2010.
"Sils Maria" : la bande-annonce
Il monte les marches avec "Sils Maria", où une comédienne interprète à 20 ans de distance les deux rôles opposés d'une même pièce, cette situation la mettant face à ses doutes. Avec Juliette Binoche, Kristen Stewart et Daniel Brûl.
"Léviathan" d'Andrey Zvyagintsev

"Léviathan" d'Andrey Zvyagintsev

© Pyramide Distribution
Dernier film de la compétition officielle, "Leviathan", du Russe Andreï Zvyagintsev ne va pas réchauffer les coeurs, avec son histoire de tentative d'expropriation dans une bourgade au bord de la mer de Barents. La Russie, comme nombre d'autres pays, vit des heures sombres. Et le cinéaste ne semble guère optimiste, portant une réflexion sur la présence de l'Etat dans les vies de tout un chacun au quotidien.
"Leviathan" : extrait

C'est également la clôture de la Quinzaine des réalisateurs qui ne décerne par de prix. Elle récompense toutefois un cinéaste pour l'ensemble de son oeuvre et a chosi cette année d'honorer à titre posthume, par son Carosse d'or, Alain Resnais qui vient de disparaître. 

Le film de clôture de cette Quinzaine des réalisateurs est "Prime", comédie britannique de Matthew Warchus, où un groupe de militants gays et lesbiens décide de remmettre un don de soutien à une communauté de mineurs en grève durant la gouvernance de Margaret Thatcher en 1984. La rencontre de deux communautés que tout oppose...

"Pride" : extrait