Cannes 2013 : Woodkid met le feu avec son électro-pop stylisée et branchée

Par @Culturebox
Mis à jour le 23/05/2013 à 17H11, publié le 23/05/2013 à 16H22
Le chanteur Woodkid a mis le feu hier soir sur une plage cannoise

Le chanteur Woodkid a mis le feu hier soir sur une plage cannoise

© Capture d'écran Culturebox

Yoan Lemoine, alias Woodkid, n'a que 30 ans et un CV déjà impressionnant. Réalisateur entre autre des clips "Teenage Dream" de Katy Perry et "Born to Die" de Lana Del Rey, le garçon fait ses premiers pas en tant qu'artiste à part entière. Véritable phénomène du moment avec son album "The Golden Age" sorti mi-mars, il a mis le feu hier soir sur une plage cannoise avec une électro pop qui dépote.

Cannes n'est pas que terre d'élection pour le cinéma. La musique y est également très présente, la croisette étant devenue "The place to be" pour tous les dénicheurs de talents et les amateurs de sons qui déchirent. Après "M" et les déjà mythiques "Phoenix", c'était au tour de Woodkid, la nouvelle star de la scène électro, de faire danser le public du festival venu en masse pour passer une soirée hors-normes. 

Reportage de H. Maman, F. Tisseaux, J-C. Routhier, F. Gras, P. Herve    
Après un parcours sans tâches dans l'univers du clip vidéo, cet ancien étudiant de la prestigieuse école lyonnaise d'arts graphiques Emile Cohl a commencé à percer dans le milieu de la musique en 2011 avec l'EP "Iron", qui reste à ce jour son titre le plus emblématique. Son album "The Golden Age", produit notamment par Julien Delfaud, producteur de Phoenix (rien que ça !) en a fait la nouvelle coqueluche du milieu. Il cultive un style tout particulier, entre pop et électro, en y insérant une touche baroque pour le moins savoureuse.

C'est à la fois planant et rythmé, très mélodique, quelque part entre Moby (avec qui il a travaillé sur le clip "Mistake") et la pop anglo-saxone. Pas de boumboum intempestifs, un style léché et poétique qui sonne juste et sent bon l'évasion, sans parler de clips en noir et blanc d'une impressionnante qualité graphique. Ce "Golden age" là rappelle une époque dorée où la musique émanait de l'âme et des sens. 
Le clip de Woodkid : "Iron"

Il a bien fait de se mettre à la musique ! Mais si Woodkid cartonne, Yoan Lemoine n'en oublie pas moins ses aspirations cinématographiques. Il aurait rencontré notre cher président Spielberg, producteur d'exception toujours à la recherche de nouveaux projets, pour discuter du financement de son premier long-métrage ...