Cannes 2013 : Spielberg finance lui-même son séjour et dénonce le piratage

Par @Culturebox
Publié le 15/05/2013 à 16H15
Steven Spielberg au 66e Festival de Cannes

Steven Spielberg au 66e Festival de Cannes

© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Le rapport Lescure propose de transférer les missions de l'Hadopi au CSA afin de garantir un meilleur contrôle sur le téléchargement illégal en conservant l'idée d'une riposte graduée. Steven Spielberg, président du jury du 66e Festival de Cannes dénonce une fraude qui nuit gravement au cinéma. L'Américain a également annoncé qu'il financerait son séjour cannois avec ses propres deniers.

Le piratage des films : "une artère tranchée"
 
Le piratage des films avant leur sortie sur grand écran inquiète le réalisateur américain Steven Spielberg, président du jury du Festival de Cannes, qui s'est exprimé à ce sujet sur Europe 1. "C'est un problème depuis longtemps dans l'histoire du cinéma", a-t-il rappelé. "Cela a toujours été facile d'aller dans une cabine de projection la nuit, quand le cinéma est fermé, de faire une copie illégale d'une pellicule et de la vendr à l'étranger".

Or, "le piratage cinématographique, c'est plus qu'un ennui, c'est vraiment une artère qui est tranchée (...), mais je pense que le technologie va nous aider plutôt que de nous jouer des tours", a-t-il estimé. Actuellement, "on trouve des façons de retrouver la trace, comment un film se retrouve illégalement sur internet", a-t-il insisté. "Aux Etats-Unis, la traque s'améliore", mais le piratage reste un problème", a-t-il conclu.
Steven Spielberg s'offre le luxe de payer son séjour
Le président du jury du 66e Festival de Cannes a tenu à financer lui-même son séjour à Cannes, a confié à Libération Thierry Frémaux, le délégué général et sélectionneur, prêt pourtant à inviter intégralement le cinéaste.
"Laisse tomber, je m'occupe de tout...", lui a dit Steven Spielberg. "Comment ça ? Mais pas du tout, répond Frémaux, nous prenons en charge les voyages, l'hôtel... Cela fait partie des coûts normaux du Festival, on prévoit de l'argent pour ça...".
Et Spielberg : "Non, tu ne pourrais pas te le payer...".

Plutôt que le Carlton, le mythique palace de la Croisette, le réalisateur américain a réservé une suite au Martinez, tandis que son entourage dispose d'une villa spécialement louée. Spielberg et les siens pourront aussi séjourner à leur guise sur le yacht de 100 m du cinéaste avec piscine et salle de projection privée, le Seven Seas, qui a jeté l'ancre mardi entre Cannes et l'Ile Sainte-Marguerite.