Cannes 2013 : Ryan Gosling superstar mercredi dans "Only God Forgives"

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 22/05/2013 à 16H21, publié le 22/05/2013 à 00H28
Ryan Gosling dans "Only God Forgives" de Nicolas Winding Refn, en compétition au festival de Cannes 2013

Ryan Gosling dans "Only God Forgives" de Nicolas Winding Refn, en compétition au festival de Cannes 2013

© Le pacte

Auréolé du Prix de la mise en scène en 2011 pour « Drive », le Danois Nicolas Winding Refn revient mercredi en compétition sous bannière étasunienne avec « Only God Forgives » et son acteur Ryan Gosling, devenu depuis la coqueluche en vogue. Il se trouve face à « Grigris » du tchadien Mahamat-Saleh Haroun qui avait enchanté en 2011 avec « Un homme qui crie ».

Nicolas Winding Refn est attendu au tournant, après son thriller sur les chapeaux de roues de 2011 qui a étonné tout le monde, en révélant au passage Ryan Gosling, vu depuis notamment dans « Gangster Squad » et « The Place Beyond the Pines ». Il poursuit dans la veine qui l’a révélé à Cannes avec un thriller des plus violents, au parti-pris graphiques affirmé, et une Kristin Scott Thomas des plus vénéneuses et sexys. Un film qui, malgré ces arguments, a été accueilli fraîchement lors de la première projection matinale. 
Only God Forgives : la bande-annonce
Vu à la première de presse mardi soir, « Grigris » a fortement déçu, après le très beau « Un homme qui crie » du même Mahamat-Saleh Haroun, au sujet prometteur, mais qui part totalement en vrille. Un jeune homme, danseur émérite malgré une jambe morte, doit subvenir à ses besoins et à ceux de son père malade, en s’engageant dans le trafic d’essence. Mal écrit, mal joué, mal raconté, cela fait mal de descendre un film d’un cinéaste au potentiel si fort.
Grigris : extrait
Hors compétition est projeté un morceau de choix, "All is Lost" de J. C. Chandor ("Margin Call"), avec un Robert Redford époustoufkant qui montera les marches ce soir. Ce qui ne sera pas le cas de Ryan Gosling, indisponible. Du côté de Cannes Classics, est repris dans sa version restaurée « Cléopâtre » de Mankiewicz, toujours somptueux. Une valeur sûre.
Cléopatre : la bande-annonce