Cannes 2013 : Quand les acteurs deviennent les réalisateurs d'un jour

Par @Culturebox
Mis à jour le 21/05/2013 à 16H57, publié le 21/05/2013 à 16H38
Pierre Niney (à droite) et les acteurs du court-métrage "Pour le rôle" hier soir sur le tapis rouge 

Pierre Niney (à droite) et les acteurs du court-métrage "Pour le rôle" hier soir sur le tapis rouge 

© Capture d'écran Culturebox

Ils sont tous comédiens et ont pour point commun d'être issus des anciennes promotions de "Talent Cannes" visant à promouvoir le talent de jeunes acteurs. Pour les 20 ans d'Adami, la société qui gère le droit des artistes, 7 jeunes comédiens ont bénéficié d'une carte blanche pour réaliser leur premier court-métrage. Parmi eux, Pierre Niney de la comédie française, Aure Atika et Alice Taglioni.

Si les comédiens qui ont répondu présent à l'appel d'Adami se sont lancés corps et âme dans le projet d'une première réalisation, c'est qu'ils étaient les mieux placés pour composer avec le thème imposé : le métier de comédien. Malgré une carte blanche pour réaliser leurs courts, l'exercice s'est avéré périlleux puisqu'il s'agit aussi de déconstruire l'image du comédien. Pas si facile de parler de son métier sans tomber dans le stéréotype ou le portrait.

Les comédiens ont donc du établir la distance nécessaire entre le sujet et leur propre expérience d'acteur et sont partis dans des univers périphériques bien loin de leur quotidien. Tout cela promet une bonne dose d'humour et d'autodérision, voire des satyres féroces sur un métier de tous les dangers. 

On leur souhaite que cette première expérience derrière la caméra leur soit bénéfique et leur donne envie de continuer dans la voie de la réalisation. Mais n'est pas Clint Eastwood qui veut.

Reportage de N. Hayter, T. Choupin, S. Pichavant, G. Gheorghita, P. Gueny
En seulement 2 jours de tournage, nos 7 comédiens ont du composer avec les contraintes propres à la réalisation et n'ont eu au final que quelques minutes de film pour convaincre. Vie et galère des comédiens, stress des castings, drame plus intime, il y en a pour tous les goûts.

On attend tout particulièrement le court du jeune et prometteur Pierre Niney, récemment à l'affiche de "20 ans d'écart", qui brosse avec cynisme, humour de l'absurde à l'appui, la dure réalité des auditions. "Il y a un système à la Big Brother qui se met en place, un peu kafkaïen, une sorte de machine qui nous dépasse", a-t-il confié à RTL. 

Cette opération a pour partenaire la chaîne France 4, qui diffusera ces court-métrages le mercredi 22 mai à partir de 23h50.