Cannes 2013 : DiCaprio le magnifique sur les traces de Francis Scott Fitzgerald

Par @Culturebox
Mis à jour le 16/05/2013 à 17H24, publié le 14/05/2013 à 17H56
Francis Scott Fitzgerald

Francis Scott Fitzgerald

© DR

Leonardo DiCaprio, héros du film de Baz Luhrmann : "Gatsby le magnifique" qui fera demain l'ouverture du 66e Festival de Cannes, sera a priori logé au prestigieux Hôtel du Cap d'Antibes Eden-Roc, là-même où Francis Scott Fitzgerald avait l'habitude de séjourner. Amoureux du pays, l'écrivain, qui publie Gatsby en 1925, passera 4 années en France, puisant l'inspiration à l'ombre des pins ...

Dans le sillon de Francis Scott

Gracieusement niché à la pointe sud du Cap d'Antibes, l'Hôtel du Cap-Eden-Roc, de pur style Napoléon III appartient à ces établissements mythiques qui ont vu défiler depuis 1870 les plus importantes figures du monde des arts et des lettres. Devenu un temps refuge de l'aristocratie européenne, il accueille désormais les stars du grand écran et n'a pas volé son statut d'hôtel 5 étoiles. C'est là que "Leo", invité d'honneur de la croisette, lessivé par ses 3 tournages annuels, pourra un peu se reposer le corps et la tête, lui qui n'a toujours reçu aucune distinction pour une carrière qui pourtant frise la perfection. 
Bande annonce de "Gatsby le magnifique" VF
"Gatsby le magnifique" a été écrit sur la Côte d'Azur ...

C'est bien en France, sur la Côte d'Azur, que Francis Scott Fitzgerald écrira "Gatsby", dont il fait lire le manuscrit à Ernest Hemingway dans une brasserie huppée de Montparnasse. Le succès critique sera bien au rendez-vous, mais les ventes ne décollent pas, plongeant l'écrivain dans un profond désarrois. Dans les années 20, Fitzgerald se baignait avec une communauté d'Américains originaux qui lancèrent la mode du tourisme estival sur la Côte d'Azur. A l'époque, les touristes fortunés séjournaient sur la Côte en hiver, puis migraient en été vers les rivages chics du Nord.

Le compositeur américain Cole Porter est le premier à louer une maison au cap d'Antibes, alors totalement déserté. Il y reçoit un jeune couple américain richissime, Gerald et Sara Murphy, qui ne tardera pas à acheter une maison après avoir persuadé l'Hôtel du Cap de rester ouvert les étés suivants. L'écrivain s'inspirera fortement du couple pour son roman "Tendre est la nuit". Bientôt, avec la venue d'un Fitzgerald déjà auréolé de succès, Hemingway, Picasso et Fernand Léger, la Riviera se transforme vite en rendez-vous mondain.  
Photo de l'actuel Hôtel du Cap Eden-Roc (Cap d'Antibes)

Photo de l'actuel Hôtel du Cap Eden-Roc (Cap d'Antibes)

© DR

Brise légère et ravages de la passion

A son tour, Francis Scott loue en 1925-26  l'ancienne villa "Saint-Louis" à Juan-Les-Pins, accolé au Cap d'Antibes, où il vivra au jour le jour une passion destructrice avec sa muse, multipliant les frasques sur fond de jazz, un verre de champagne à la main. Voyant son mari parler à la danseuse Isadora Duncan, Zelda se jette par dessus la balustrade d'un restaurant. Au cours d'une soirée chez de riches amis, le couple ivre bombarde les invités avec les tomates du potager…

Il était alcoolique, elle devenait schizophrène. Destin tragique que celui du couple le plus "glamour" des années 20 qui finira sa vie entre misère et démence.
« Avec notre retour dans une belle villa sur la Riviera adorée, je suis plus heureux que je ne l'ai été depuis des années. C'est l'un de ces moments étranges, précieux et trop éphémères lorsque tout dans sa vie semble aller bien », a écrit en 1926 un mélancolique Fitzgerald, une citation inscrite sur une plaque encore visible dans le hall de l'hôtel Belle-Rive, dernier vestige d'un âge d'or révolu.
La famille Fitzgerald dans les années 20

La famille Fitzgerald dans les années 20

© DR