Cannes 2013 : 5 longs-métrages font la fierté de la région Languedoc-Roussillon

Par @Culturebox
Publié le 21/05/2013 à 18H05
Photo du film "Michael Kohlhass" d'Arnaud des Pailleres

Photo du film "Michael Kohlhass" d'Arnaud des Pailleres

© Les Films du Losange

4 longs et un court. La région Languedoc-Roussillon est décidément bien représentée au 66e Festival de Cannes. La région séduit d'abord et avant tout par ses magnifiques paysages et de nombreux contrastes. Produit et tourné en région, "Michael Kohlhaas" du français Arnaud des Pailleres s'est vu propulsé dans la cour des grands avec une sélection officielle en vue de décrocher la Palme d'or.

Les professionnels ne regardent pas Cannes du même oeil. Pour eux, il s'agit avant tout de convaincre. C'est le cas de Marin Rosenstiehl, membre de la comission du film Languedoc Roussillon, qui enchaîne les rendez-vous et doit se montrer persuasif pour inciter les producteurs à venir tourner en région. Pour le moment, l'opération est plutôt un succès puisque près d'un tiers des 2 000 journées de tournage chaque année en France se passent en Languedoc-Roussilon. Il faut dire que depuis 2005, la région s'est particulièrement impliquée dans la vie des productions cinématographiques locale, en partenariat avec le CNC. 

Reportage de L. Beaumel, G. Spica, L. Sendra


En 2013, la région a fait un investissement de près d'un million d'euros, aidant ainsi à la production  d'une trentaine de films. Résultat : 5 millions d'euros de retombées qui font du bien au moral. La participation de "Michael Kohlaas" en compétition officielle et son casting 4 étoiles a fini de rassurer les sceptiques et montre qu'un film d'envergure produit dans la région a sa place parmi la crème de la crème du cinéma mondial. Mads Mikkelsen, le prix d'interprétation 2012, sera entouré des acteurs Bruno Ganz et Sergi Lopez ainsi que de l'actrice Amira Casar. Si l'on s'en tient au casting, le film a vraiment tout pour gagner la compétition. 

Autre "poids lourd" de la région, " Suzanne" de Katell Quillévéré, présenté en ouverture de la Semaine de la Critique, met en scène François Damiens qui s'était déjà illustré dans le registre dramatique avec "La délicatesse". Notons aussi le long-métrage documentariste Marcel Ophuls, le réalisateur du "Chagrin et la pitié", venu présenter "Un voyageur". 

Quatre longs-métrages sont déjà prévus pour l'année prochaine, une preuve de plus que le cinéma en Langedoc-Roussillon se porte comme un charme.