Jean-Luc Godard ne veut pas aller à Cannes, ni recevoir de prix

Par @Culturebox
Mis à jour le 18/05/2014 à 17H00, publié le 18/05/2014 à 16H34
Jean-Luc Godard (ici en novembre 2013) 

Jean-Luc Godard (ici en novembre 2013) 

© EPA/MAXPPP

Alors que son film "Adieu au langage" est en compétition pour la Palme d'or, l'inclassable réalisateur franco-suisse Jean-Luc Godard fait savoir qu'il ne veut pas aller à Cannes, ni recevoir de prix. Rien d'étonnant, pour le président du Festival, Gilles Jacob, selon lequel Godard a compris que "son show brillantissime éclipsait son propre film. Une autre époque. So long Jean-Luc", écrit-il.

Gilles Jacob, président du Festival de Cannes, n'a donc pu que prendre acte de la décision de Jean-Luc Godard : interrogé par la télévision suisse RTS sur ses intentions, le doyen du festival 2014 Jean-Luc Godard a en effet exclu d'aller à Cannes, même si les organisateurs viennent le chercher. "Non, parce que j'y suis déjà allé", a-t-il  expliqué. Et alors que le journaliste lui demandait ce qu'il faudrait faire pour le convaincre, Jean-Luc Godard, 83 ans, a tout simplement répondu "rien".

Jamais primé à Cannes

Enfant terrible du 7e art, vénéré ou détesté, Jean-Luc Godard est entré depuis longtemps dans la légende comme chef de file de la Nouvelle Vague qui révolutionna l'histoire du cinéma, avec des films comme "A bout de souffle"  (1959) et "Le Mépris" (1963).
Jean-Luc Godard avec François Truffaut à l'époque de la Nouvelle Vague.

Jean-Luc Godard avec François Truffaut à l'époque de la Nouvelle Vague.

© Les Films du Paradoxe
A son actif, une cinquantaine d'oeuvres - fictions, vidéos, films militants  - volontiers iconoclastes, souvent marquées par la provocation, qui lui  vaudront un Oscar d'honneur en 2010. Jamais récompensé à Cannes, il y présente cette année "Adieu au langage". Pour autant, la légende vivante du cinéma ne montre guère d'enthousiasme à  l'idée de pouvoir recevoir la Palme. "Par esprit de contradiction, j'aimerais mieux qu'il n'y ait aucun prix. Qu'ils ne soient pas obligés de donner un petit prix, en général pour (l'ensemble de) sa carrière, ou des choses comme ça, que je sens un peu désobligeant aujourd'hui. J'en ai déjà eu 5 ou 6, j'ai même eu un Oscar", a-t-il dit.

"Un autiste de caniveau"

Jean-Luc Godard relève qu'il aurait eu plaisir à recevoir la Palme "il y a 30 ou 40 ans", tout en reconnaissant que "cela m'aurait sans doute fait du mal, et je suis heureux d'avoir évité ce mal aujourd'hui". Si la Palme lui est amenée, Jean-Luc Godard affirme même en rigolant qu'il  pourrait la donner à son conseiller fiscal, comme il dit l'avoir déjà fait de son Oscar. Durant l'interview, Jean-Luc Godard, le cigare à la main, indique par ailleurs qu'il ne se considère pas comme un génie. Il dit être "ce qu'on appelle en sciences un autiste de haut niveau et j'aime mieux dire un autiste de caniveau". Interrogé sur la mort, le cinéaste se déclare "pas anxieux de poursuivre à toute force", et se dit disposé à recourir au suicide assisté, qui est possible en Suisse, s'il est "trop malade".

Gilles Jacob s'est exprimé par un tweet : "Godard ne vient pas, j'en étais sûr. Il a compris que son show brillantissime éclipsait son propre film. Une autre époque. So long, Jean-Luc".