"Grace de Monaco" : la famille princière boycotte le film d'Olivier Dahan

Par @Culturebox
Mis à jour le 02/05/2014 à 14H19, publié le 02/05/2014 à 13H26
Nicole Kidman sur le tournage du film d'Olivier Dahan consacré à Grace de Monaco, à Gênes, le 15 novembre 2012

Nicole Kidman sur le tournage du film d'Olivier Dahan consacré à Grace de Monaco, à Gênes, le 15 novembre 2012

© Olycom / Sipa

Les enfants de la princesse Grace de Monaco se sont, une nouvelle fois, élevés vendredi contre le film d'Olivier Dahan consacré à leur mère, qui sera présenté en ouverture à Cannes, estimant qu'il s'agissait d'"un détournement" de l'histoire familiale. Le Festival défend, lui, le "le droit à la licence poétique".

"Le Palais princier tient à réaffirmer que ce long-métrage ne peut en aucun cas être qualifié de biopic", indique le Palais. "La bande-annonce fantaisiste confirme le caractère totalement fictionnel de ce film. Celle-ci renforce la conviction laissée lors de la lecture du scénario qu'il s'agit d'une production, d'une page de l'histoire de la Principauté, basée sur des références historiques erronées et littéraires douteuses", dénonce la famille princière. Selon elle, "le réalisateur et les producteurs (ont) refusé de prendre en considération les très nombreuses observations formulées par le Palais qui auraient eu pour conséquence une remise en question globale du scénario et des personnages". 

La famille princière ne sera pas présente à l'ouverture cette année du Festival de Cannes, ne souhaitant "en aucune manière être associée à ce film qui ne reflète aucune réalité et regrette que son Histoire ait fait l'objet d'un détournement à des fins purement commerciales".
La bande annonce du film "Grace de Monaco"

Le film d'Olivier Dahan est centré sur un moment de la vie de l'actrice américaine Grace Kelly, au sommet de sa gloire lorsqu'elle épouse le prince Rainier III (incarné par Tim Roth) en 1956, devenant Grace de Monaco. Six ans plus tard, alors qu'elle peine à assumer ses fonctions princières, Alfred Hitchcock lui propose de revenir à Hollywood pour jouer dans son nouveau film, Marnie.

La réponse du festival : défendre "le droit à la licence poétique"

Le Festival de Cannes défend le droit à la licence poétique", a déclaré son délégué général Thierry Frémaux, après les critiques des enfants de la princesse. "Le film n'est pas un biopic au sens strict du terme, de la vie à la mort, convient M. Frémaux, c'est l'expression du droit de tout artiste à la licence poétique. Le film contribura certainement de belle manière à la légende monégasque".
 

Une page de l'histoire de la principauté "inutilement glamourisée"

Les trois enfants de Grace de Monaco s'était déjà insurgés en janvier 2013, estimant que le film alors en préparation relatait une page de l'Histoire de la principauté "inutilement +glamourisée+".

Le long-métrage présenté le 14 mai à Cannes hors compétition avec l'Australienne Nicole Kidman dans le rôle-titre, a fait également l'objet d'un conflit artistique entre son réalisateur et son producteur américain Harvey Weinstein sur son montage final. Le film doit sortir en France et dans d'autres pays le jour de sa projection à Cannes.