Festival de Cannes, mythes et scandales d'un monument de 70 ans

Par @Culturebox
Mis à jour le 16/05/2017 à 14H31, publié le 16/05/2017 à 11H41
Michèle Morgan première comédienne récompensée à cannes en 1946. Entourée de Jean Marais et Jean Cocteau

Michèle Morgan première comédienne récompensée à cannes en 1946. Entourée de Jean Marais et Jean Cocteau

© Capture d'écran archives

La première édition du festival de Cannes a lieu sur la Croisette le 20 septembre 1946. 70 ans d'émotions, de rêves, de paillettes, de stars et de films restés gravés dans les mémoires. Chaque année, les inconditionnels du cinéma attendent avec impatience ce rendez-vous et le palmarès, car chaque année réserve son lot de surprises. Culturebox vous fait revivre ces moments.

Si pour certains, le mois de mai rime avec ponts, pour tous les fans de cinéma il rime avec Croisette. Durant deux semaines depuis 70 ans, Cannes revêt ses plus beaux habits de cinéma.

Deux semaines où tout s'écrit en superlatifs grâce au plus grand festival international du cinéma. Une programmation qui promet des films inédits venus du monde entier, des stars qui montent les célèbres marches du palais, en passant par les petites anecdotes ou les grands scandales, "Cannes est un mélange de cinéphilie pure et de glamour", explique le critique de cinéma Bruno Cras.

Un jeu de séduction entre le public, les acteurs et les photographes qui se joue sur un espace-temps très réduit. Cette année, le Festival de Cannes se déroule du 17 au 28 mai 2017. 

Reportage : M. Berrurier / M. Vial / I. Cavaletto 

     Et Cannes créa des mythes

  • Septembre 1946 Michèle Morgan est la première comédienne récompensée dans "La Symphonie Pastorale". 
  • 1954 : une jeune actrice américaine, Grace Kelly, vient sur la Côte d'Azur avec Cary Grant pour y tourner sous la direction d'Alfred Hitchcock "La main au collet". La comédienne fait la rencontre du Prince Rainier de Monaco et marque le début d'une idylle. 
  • 1955 : onze ans après l'ouverture du premier festival, la Palme d'or voit le jour. Une année marquée de la naissance d'une star à la française, qui symbolise la femme libérée et le naturel. Brigitte Bardot débarque à Cannes et la croisette tombe sous le charme. La jeune comédienne (20 ans à peine) n'a tourné que quelques films et ce n'est que l'année suivante que Roger Vadim l'immortalise dans "Et Dieu créa la femme".
    Brigitte Bardot au Festival de Cannes en 1955

    Brigitte Bardot au Festival de Cannes en 1955

    © Krause/EFE/Newscom/MaxPPP
    BB boude la croisette pendant une dizaine d'années, son retour en 1967 se fait sous la cohue des photographes. 
  • 1956 : Mariage princier de Grace Kelly et le Prince Rainier de Monaco. Les deux tourtereaux convolent en justes noces le 22 avril 1956, la veille de l'ouverture du Festival. La date de la manifestation a été choisie pour que toutes les personnalités présentes à la cérémonie monégasque puissent ensuite se rendre à Cannes.
  • 1958 : "La Nouvelle Vague" déferle à Cannes. Chabrol, Godard, Truffaut, Rhomer ou Rivette, tous les cinéastes issus de la célèbre revue "Les Cahiers du Cinéma" passent au festival avec des films exigeants qui instaurent la politique des auteurs.
  • 1982 : un nouveau Palais des Festivals. C'est le lieu de toutes les audaces et des plus belles rencontres de cinéma, en 1982 le Palais des Festivals voit le jour à l'emplacement du Casino municipal. Six étage de bureaux et de salles de projection pour accueillir les milliers de spectateurs. 
  • 2014 : la Croisette découvre un nouveau génie en la personne de Xavier Dolan. Agé de 25 ans, le jeune homme partage avec Jean-Luc Godard le prix du Jury pour son film "Mommy". 
    Le réalisateur canadien Xavier Dolan en 2014 

    Le réalisateur canadien Xavier Dolan en 2014 

    © JACOVIDES-BORDE-MOREAU BESTIMAGE

     

    Cannes la scandaleuse


Le festival de Cannes c'est aussi le lieu de toutes les folies et de toutes les exubérances. "S'il n'y avait pas tous ces scandales, le festival ne serait pas le festival", affirme encore l'expert. On se souvient de quelques grands films entrés dans l'histoire de Cannes par la porte de la provocation.

  • "La grande Bouffe" (1973) de Marco Ferreri qui s'en prend à la société de consommation.
  • "Max mon amour" (1986) de Nagisa Oshima raconte les amours interdits entre une femme (Charlotte Rampling) et un singe.
  •  "Sous le soleil de Satan" (1987) de Maurice Pialat reçoit la Palme d'or sous les huées du public. Vexé et ému, le réalisateur a répliqué : "Si vous ne m'aimez pas, je peux vous dire que je ne vous aime pas non plus". Il embrasse finalement Catherine Deneuve qui lui remet sa récompense.
    Maurice Pialat reçoit la Palme d'or pour  "Sous le soleil de Satan" - Festival de Cannes 1987

    Maurice Pialat reçoit la Palme d'or pour  "Sous le soleil de Satan" - Festival de Cannes 1987

    © NICE MATIN/PHOTOPQR

     

  • "Crash" (1996) de David Cronnenberg d'une violence inouïe pour certains spectateurs.
  • "Antichrist" (2009), le thriller erotico-horifique du réalisateur danois Lars Von Trier qui montre l'affrontement au sein d'un couple, perturbé par la mort d'un enfant est copieusement sifflé lors de la projection de presse. Charlotte Gainsbourg, qui tient le premier rôle, repart avec le prix d’interprétation féminine. 
  • "La Vie d'Adèle" (2013). L'oeuvre choc du cinéaste Abdellatif Kechiched raconte la passion absolue entre deux jeunes femmes. Terni un temps par une controverse entre Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos et le réalisateur sur les conditions du tournage, le film et les deux jeunes actrices reçoivent conjointement la Palme d'or décernée par le jury de Steven Spielberg.
    Cannes 2013. Léa Seydoux, Abdellatif Kechiche et Adèle Exarchopoulos posent pour les photographes 

    Cannes 2013. Léa Seydoux, Abdellatif Kechiche et Adèle Exarchopoulos posent pour les photographes 

     

       Joyeux anniversaire "Mister Festival"

Chaque année, le tapis rouge déployé sur les marches du Palais du festival devient le lieu de toutes les convoitises. Vêtues de robes de couturiers, les comédiennes gravissent les marches en escarpins ou pieds nus, jouent le jeu des paparazzi ou les snobent et font souffler sur la Croisette un vent de séduction. 

Reportage : P.deschamps / J.M Le Quertier 

"Ici à Cannes, il y a le poids de l'histoire et de toutes les stars qui ont foulé les marchés avant vous, leur succéder est un honneur, et cette sensation on ne l'a nulle part ailleurs", déclare la comédienne américaine Kristen Stewart.  
La comédienne Kristen Stewart au festival de Cannes 2016 lors de la présentation du film d'Olivier Assayas "Personal Shopper"

La comédienne Kristen Stewart au festival de Cannes 2016 lors de la présentation du film d'Olivier Assayas "Personal Shopper"

© David Fisher/Shuttersto/SIPA

Le tout, pour les organisateurs, étant de ne pas succomber à la dictature du tapis rouge même si la tentation est forte. "C'est tentant de mettre des stars sur le tapis rouge, mais pour moi il fallait toujours qu'il y ait la qualité voulue", se souvient Gilles Jacob, Délégué Général de la célèbre institution de 1977 à 2014. De Martin Scorsese aux Frères Dardenne, des dizaines de réalisateurs y ont été révélés. 

Le 70ème Festival de Cannes accueille 100.000 personnes jusqu'au dimanche 28 mai 2017. 

-> Suivez toute l'actualité du Festival sur Culturebox