Diane Kruger, prix d'interprétation à Cannes : "C'est un peu surréaliste, je suis très heureuse et fière"

Par @Culturebox
Mis à jour le 29/05/2017 à 11H46, publié le 29/05/2017 à 11H45
Diane Kruger, Prix d'interprétation féminine du 70e Festival de Cannes

Diane Kruger, Prix d'interprétation féminine du 70e Festival de Cannes

© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Sa prestation a été saluée par les festivaliers et les journalistes présents sur la croisette. Ainsi que par le jury du 70e Festival de Cannes, qui a décerné à l'actrice Diane Kruger le prestigieux Prix d'interprétation féminine, pour son rôle dans "In the Fade", du réalisateur allemand Fatih Akin. Un grand honneur pour l'actrice allemande, qui s'est confiée quelques minutes après la cérémonie.

C’est un film qui a changé sa vie, au-delà du Prix d’interprétation féminine reçu à Cannes. Quelques minutes après la cérémonie de clôture, Diane Kruger a donné ses premières impressions de lauréate à Leïla Kaddour, au journal de 20h de France 2.
"Oui, il y a un acte terroriste dans le film. Mais en fait, c’est un film sur les gens qui restent et qui doivent apprendre à vivre avec cette terrible perte(…). Ce film était un voyage émotionnel très fort, celui d’une mère qui essaye de continuer toute seule", explique l'actrice, quelques minutes après avoir reçu le Prix d'interprétation féminine. 

Un retour à ses racines allemandes

Diane Kruger a beaucoup tourné en France et aux Etats-Unis, mais n’avait encore jamais joué dans sa langue maternelle, l’allemand. Pour les besoins du film et pour s’imprégner de son personnage, elle a vécu plusieurs mois à Hambourg.

"‘J’ai repris mes racines allemandes pour ce film. Il m’a libérée d’un déracinement. Je me suis sentie à ma place dans ma langue maternelle".

Diane Kruger

Une résonance à l’actualité

Dans son discours de remerciement, l’actrice a bien sur rendu hommage aux victimes d’actes terroristes, d’autant plus l’attentat de Manchester s’est déroulé pendant le festival. Dans le film du réalisateur allemand Fatih Akin, elle interprète une jeune femme dont le mari (d’origine turque) et le fils, sont tués dans un attentat raciste. Un film qui fait terriblement écho avec l’actualité. "Bien sûr. J'ai beaucoup parlé avec des gens qui ont perdu leurs enfants, les proches. C'est une énergie, ce sont des discussions que, vraiment, je n'oublierai jamais. Je les porte encore avec moi", ajoute-t-elle.