Cannes 2017 : Cécile de France et François Damiens entre rires et larmes dans "Ôtez-moi d'un doute"

Par @Culturebox
Mis à jour le 22/05/2017 à 15H45, publié le 22/05/2017 à 15H05
Cécile de France et François Damiens, à l'affiche du dernier film de Carine Tardieu, "Ôtez-moi d'un doute" en salle le 6 septembre et présenter au Festival de Cannes pour la Quinzaine des Réalisateurs.

Cécile de France et François Damiens, à l'affiche du dernier film de Carine Tardieu, "Ôtez-moi d'un doute" en salle le 6 septembre et présenter au Festival de Cannes pour la Quinzaine des Réalisateurs.

© DPA/Picture-Alliance/MaxPPP/Hubert Boesl et WostokPress/MaxPPP/Franck Castel

Le festival de Cannes et sa Quinzaine des réalisateurs, l’occasion de découvrir les longs métrages qui feront les succès de demain. Carine Tardieu y a présenté son dernier film, "Ôtez-moi d’un doute". Entourée de Cécile de France et François Damiens, elle parle de cette histoire dans laquelle les liens familiaux sont au cœur de l’intrigue.

La réalisatrice Carine Tardieu est à Cannes avec son dernier film "Ôtez-moi d’un doute". Elle a réuni deux acteurs belges, Cécile de France et François Damiens, pour cette comédie romantique.

Reportage : France 3 Côte d'Azur - F. Tisseaux / H. Nicolas / S. Lemaire
"Otez-moi d’un doute" était le quatrième long métrage présenté dans le cadre de la Quinzaine des réalisateurs. Une comédie dans laquelle la réalisatrice traite de la difficulté et de la complexité des liens familiaux, comme le rappelle Cécile de France qui interprète Anna : "Dans ses précédents films elle traitait de la maternité, du rapport à la mère. Là on est plus sur la paternité et toutes les questions qui vont avec : qu’est-ce qu’un père idéal ? Peut-on choisir son père ?"

Dans les méandres des liens de sang

On y retrouve François Damiens dans le rôle d’Erwan, démineur breton, qui apprend que l’homme qui l’a élevé n’est pas son père biologique. Il part alors à la recherche de son géniteur et rencontre Anna, dont il tombe amoureux. L’histoire tourne au drame quand il apprend qu’Anna n’est autre que la fille de son père biologique, et donc, sa demi-sœur. Un scénario qui peut sembler alambiqué, comme l’explique l’acteur principal François Damiens : "C’est une histoire qui m’a touché directement mais qui m’a fait peur aussi parce que je pensais qu’elle était compliquée à raconter. J’avais peur qu’on n’y croit pas. J’ai vu le film tout seul dans une salle à Bruxelles, et je suis tombé dedans. J’ai pleuré comme une Madeleine tout le film."

Un long métrage en équilibre entre rire et larmes

Des sujets pesants qu’elle traite avec légèreté, c’est le propre de la réalisatrice Carine Tardieu. Ses précédents films, oscillait déjà entre ces deux grandes émotions. C’est en étant fidèle à elle-même et à ce qu’elle ressent qu’elle réalise ses films : "Ce balancier entre le rire et les larmes est présent depuis mes premiers courts métrages et je pense qu’il est aussi très lié à ma personnalité et au fait que j’aime rire, j’aime être émue, j’aime avoir des sentiments forts et basculer de l’un à l’autre. Je n’ai pas peur de ça."