Cannes 2015 : "Mad Max - Fury Road" : post apocalypse now !

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 15/05/2015 à 12H10, publié le 14/05/2015 à 14H02
"Mad Max : Fury Road" de George Miller

"Mad Max : Fury Road" de George Miller

© Village Roadshow Films (BVI) Limited

Quand il sort "Mad Max" en 1979, son créateur, l'Australien George Miller, invente un mythe, une mythologie, réalisée avec trois kopecks et demi. Violent, le film a des déboires avec la censure, notamment en France, mais c'est un succès mondial. On enchaîne donc sur une suite, puis un troisième film aux budgets plus conséquents. Débarque aujourd'hui un quatrième opus forgé de bruit et de fureur.

La note Culturebox
4 / 5                  ★★★★☆

Reportage : P. Gueny/G. Gheorgita/A-L. Berthiau/S. Gorny/N. Hayter



Film d'action achevé

"Mad Max" décrit un monde post apocalyptique faisant suite à une crise pétrolière mondiale, très ancrée dans les années 70, où des clans guerroient pour un bidon d'essence. Ce monde en perte de valeurs engendre une violence inouïe focalisée autour du culte de la voiture. Ce culte est bien réel en Australie (comme aux États-Unis). D'ailleurs, quelques années avant "Mad Max", Peter Weir (autre réalisateur australien) réalisa "Les Voitures qui ont mangé Paris" (1974), sur une révolte des automobiles auto-customisées contre l'humanité. Sans aucun doute une source d'inspiration pour "Mad Max", et à laquelle il est rendu hommage dans ce quatrième film.


Avec "Fury Road", on s'attendait à un "reboot", une nouvelle formulation du premier film. Il n'en est rien. Le film prend le personnage à la fin du troisième opus, avec de courts flash-back. Max, ex-flic, vengeur du gang qui a tué sa famille, est un solitaire hanté par la mort de son enfant et de sa femme. Il n'a de cesse de s'opposer aux différents gangs qui veulent sa peau et sa puissante voiture, l'Interceptor. Le canevas de "Fury Road" ne sort pas de ces clous balisés, et reprend, en gros, la structure et le look du deuxième film (le plus réussi), en les boostant au maximum. Ce qui donne une mise en scène achevée du film d'action, comme rarement vue.

Hugh Keays-Byrne dans "Mad Max : Fury Road" de George Miller

Hugh Keays-Byrne dans "Mad Max : Fury Road" de George Miller

© Village Roadshow Films (BVI) Limited

Régressif et jouissif

"Mad Max", si c'est un univers, c'est avant tout un look. Des voitures customisées, tout comme les personnages, avec une tendance sado-maso prononcée. Il faut dire qu'à l'écran, c'est efficace, impressionnant et décapant. "Fury Road" fait montre d'une réelle ampleur dans le domaine, renouvelant totalement "Mad Max 2" qui avait déjà révolutionné le film d'action en 1981. Le gang, ou plutôt la tribu en chasse de Max ici, est menée par un dictateur, Immortan Joe, perclus de maladies, obsédé par la procréation de guerriers, tout en vouant un culte mystique à la mort. Macabre. Les représentations de crânes, très à la mode aujourd'hui, sont omniprésentes dans le film, son masque en est une déclinaison et le personnage une amplification du Humungus de "Mad Max 2".

"Mad max : Fury Road" de George Miller

"Mad max : Fury Road" de George Miller

© Village Roadshow Films (BVI) Limited

On l'aura compris, "Mad Max Fury Road", comme les autres longs métrages de la franchise, est avant tout un film de mise en scène. Et de ce point de vue, on n'est pas déçu, si l'on aime le genre. Deux heures de poursuites incroyables à travers le désert, des cascades époustouflantes, et des idées inventives. Comme ce camion nanti de percussions géantes, d'une sono et d'un guitariste Metal du futur sur la calandre, qui réactualise les anciennes fanfares guerrières. Régressif ? Absolument mon cher Watson. Très rock'n'roll et jouissif : Métal hurlant !


Mad Max Fury Road
De George Miller (Australie), avec Tom Hardy, Charlize Theron, Zoë Kravitz, 2h00 - Date de sortie: 14 mai 2015. 

Synopsis : Hanté par un lourd passé, Mad Max estime que le meilleur moyen de survivre est de rester seul. Cependant, il se retrouve embarqué par une bande qui parcourt la Désolation à bord d'un véhicule militaire piloté par l'Imperator Furiosa. Ils fuient la Citadelle où sévit le terrible Immortan Joe qui s'est fait voler un objet irremplaçable. Enragé, ce Seigneur de guerre envoie ses hommes pour traquer les rebelles impitoyablement…