Cannes 2013 : Hommage au monde enchanté de Demy et au burlesque de Tati

Par @Culturebox
Mis à jour le 17/05/2013 à 16H35, publié le 17/05/2013 à 15H55
Catherine Deneuve dans "Les parapluies de Cherbourg" 

Catherine Deneuve dans "Les parapluies de Cherbourg" 

© Ciné Tamaris

Jacques & Jacques. Eh oui ! Tati et Demy avaient le même prénom. Les spectateurs cannois ont pu redécouvrir hier deux grands classiques du 7e Art avec le magnifique "Les parapluies de Cherbourg" de Jacques Demy, Palme d'or en 1964 et le drolatique "Jour de fête", premier film du génial Tati. Le Festival a rendu un bel hommage à ces deux grands messieurs du cinéma à travers des copies restaurées.

Dans la lignée de l'exposition "Le monde enchanté de Jacques Demy" qui vient de se terminer à la Cinémathèque Française, le Festival de Cannes souhaitait lui aussi rendre hommage au cinéaste. Pour se faire, quoi de mieux que de présenter à Cannes Classic "Les parapluies de Cherbourg", ce film novateur aux dialogues intégralement chantés qui fit la joie du Festival de Cannes 1964.
On en profite pour rappeler que Cannes Classic rendra entre autre hommage à René Clément et Alain Delon avec la projection de "Plein Soleil" et à l'italien Marco Ferreri, qui il y a 40 ans produisit un immense scandale avec "La Grande Bouffe".

Quant à "Jour de fête", premier film du tout jeune Jacques Tati en 1949, il a été présenté hier soir en plein air dans le cadre de Cinéma de la plage.

A noter que les amateurs pourront réaliser le fantasme (ou le cauchemard) de voir "Les Dents de la mer" jeudi 24 mai sur une plage, et en plus gratuitement. C'est Spielberg qui doit être content !

Reportage de N. Hayter, N. Berthier, G. Geogita, C. Labasque  
L'amour est éternel

"Les parapluies de Cherbourg", un film de circonstance en ces temps pluvieux. Le film de Demy a pu revivre grâce à la restauration et retrouver des couleurs, au sens propre. L'histoire d'amour gâchée entre Geneviève (flamboyante Catherine Deneuve) et Guy (Nino Castelnuovo), chantée sur la musique de Michel Legrand, n'aura pas manqué de toucher le coeur et les oreilles de tous les nostalgiques. 

Parce que les histoires d'amour au cinéma sont éternelles, Demy, encouragé par sa Palme d'or, réitérera l'expérience en 1967 avec "Les Demoiselles de Rochefort", passant du drame à la comédie sentimentale. 
Bande annonce des "Parapluies de Cherbourg" de Jacques Demy (1964)
Sacré Jacques !

En 1949, Tati surprend tout le monde avec un film à l'humour décalé et un brin agressif : "Jour de fête". 4 ans avant la série des Monsieur Hulot, dont le premier épisode, "Les vacances" assure au cinéaste la consécration et dans lequel il se met en scène, "Jour de fête" pose les jalons de toute l'oeuvre à venir. François le facteur, dont Tati s'amuse à narrer les pérégrinations d'un jour, trublion dans un monde où il ne trouve pas sa place, esquisse le personnage d'Hulot.

Malgré le succès public du film en France et à Londres (où il sort dès 1948), les critiques sont boudeuses. Tati rejette son personnage qu'il juge trop français pour en créer un nouveau, mieux en phase avec le burlesque tel qu'il l'entend. 
Bande annonce de la version restaurée de "Jour de fête" (Jacques Tati, 1948)