Filippetti salue le palmarès de Cannes et la "vitalité" du cinéma en France

Par @Culturebox
Mis à jour le 02/05/2013 à 20H49, publié le 28/05/2012 à 10H17
Le ministre de la culture Aurélie Filippetti a rendu hommage au cinéma français et à ses artistes

Le ministre de la culture Aurélie Filippetti a rendu hommage au cinéma français et à ses artistes

© Valery Hache

Aurélie Filippetti, la ministre de la Culture et de la Communication, "se réjouit du palmarès" du 65e Festival de Cannes qui "honore dans sa quasi-totalité des films co-produits avec la France" où elle salue "la vitalité" et la "diversité" du 7e art.

Aurélie Filippetti "se réjouit du palmarès du 65e Festival de Cannes et félicite l'ensemble des lauréats dont Michael Haneke qui remporte la Palme d'Or avec son film Amour ".

"La présence forte du cinéma français dans l'ensemble des sélections présentées à Cannes, un cinéma inventif dans ses formes, audacieux dans son propos, porté par une diversité d'auteurs, a été saluée par les professionnels, le public, les médias", souligne la ministre.

Notant que "la France a soutenu financièrement la plupart des films présentés en compétition toutes sélections confondues", la ministre "tient à souligner à cette occasion la pertinence et l'efficacité d'un dispositif d'aides qui contribue à la vitalité du cinéma en France, mais aussi en Europe et dans le monde".

Hommage au cinéma et aux comédiens français

Selon elle, "le palmarès en témoigne également, qui honore dans sa  quasi-totalité des films co-produits avec la France. C'est le cas du film  "Amour", de Michael Haneke, servi par deux magnifiques acteurs français, Emmanuelle Riva et Jean-Louis Trintignant, dont la contribution fondamentale à ce film bouleversant a été rappelée tant par l'auteur que par Nanni Moretti, président du jury".

Aurélie Filippetti "félicite également les artistes primés dans les autres sélections : Benoît Delépine et Gustave Kervern pour "Le grand soir", Noémie  Lvovsky pour "Camille redouble", Stéphane Aubier, Vincent Patar, Benjamin  Renner pour "Ernest et Célestine", David Lambert pour "Hors les murs", Benjamin Parent pour "Ce n'est pas un film de cow-boys", Damien Manivel pour "Un  dimanche matin", et Rachid Djaïdani pour "Rengaine".