Au festival de Cannes, les régions françaises font leur cinéma

Par @Culturebox
Publié le 18/05/2016 à 11H50
Renaud Bertrand tournant son téléfilm en  Aquitaine 

Renaud Bertrand tournant son téléfilm en  Aquitaine 

© France3/Culturebox

Plusieurs films, sélectionnés à Cannes, ont été tournés en France. De "Mal de Pierres" de Nicole Garcia à "Rester Vertical" d'Alain Guiraudie, le festival est une vitrine pour les paysages et le patrimoine français. Les régions se font d'ailleurs concurrence pour attirer les équipes de cinéma. Un film, c'est l'assurance d'une nouvelle notoriété et de retombées financières non négligeables...

La France, terre de tournages ! Si le festival de Cannes offre au pays une visibilité internationale, la France est aussi, et de plus en plus, une destination prisée des productions. Patrimoine exceptionnel, savoir-faire et ... crédit d'impôt sont des arguments de poids pour attirer dans l'hexagone des équipes venues des 4 coins du monde.

D'un film Bollywood sur les falaises de Fécamp à Jackie Chan au château de Chantilly en passant par une production australienne dans les rues de la capitale, toutes les régions ont un atout à faire valoir.

Reportage C. Guttin / J. Weyl / P. Delevoye / D. Bonnet / V. Poulain
Cette année à Cannes, l'Aquitaine et les Alpes-de-Haute-Provence figurent par exemple au palmarès des régions que l'on peut découvrir sur écran. Ou quand le septième art se fait publicité pour les paysages français....

Subventions et crédits d'impôt

Sur une plage de sable fin, en Aquitaine, Renaud Bertrand tourne la première scène d'un nouveau téléfilm : "Dans cette famille, tout ce qu'ils avaient construit s'écroule. J'avais envie de commencer par un décor vaste, heureux et sauvage. Les dunes de sable et ce paysage à l'infini ont attiré mon attention", explique le cinéaste. 

Envoyée par le Conseil Régional, la responsable de la Commission cinéma, Mia Billard, a insisté auprès de la production pour les faire quitter Paris, au profit de sa région. Avec un argument de poids : 100 000 € de subvention. "Il y a des comités de professionels qui lisent les scénarios et qui émettent un avis favorable ou défavorable pour soutenir un film", souligne cette dernière. 
Car si les régions aident le cinéma, ce n'est pas que par amour du septième art. Entre la restauration et les nuits d'hôtel, les retombées économiques sont importantes. Pour un téléfilm comme celui de Renaud Bertrand, chaque euro investi peut en rapporter 13 !

Reportage : A. Rezkallah / V. Poulain / D. Attal

Une expérience unique

Dans les Alpes-de-Haute-Provence, on retrouve Natalie Pons. Sa mission? Vendre des décors pour des futurs films. Elle photographie des bâtiments pour les ajouter à son catalogue de production : "La maison doit être intéressante, mais aussi l'environnement. Il doit être idéalement sans vis-à-vis, pour éviter la pollution visuelle, et calme pour ne pas avoir de nuisances sonores", explique-t-elle. 

L'été dernier, une bâtisse d'Allemagne-en-Provence a séduit Nicole Garcia pour tourner son dernier film "Mal de Pierres" avec Marion Cotillard et Louis Garrel, en compétition officielle au festival de Cannes. Richard Gradian a accueilli le tournage dans son domaine : "C'est une expérience inoubliable. Ils étaient tous très gentils et je suis resté ami avec la réalisatrice".


Le cinéma favorise le tourisme

Installer un décor de cinéma sur un terrain privé ne profite pas qu'aux propriétaires qui peuvent toucher jusqu'à 1000 euros par jour. Le septième art booste aussi le tourisme, et cela prend une ampleur parfois inattendue. A Valensole, dans les Alpes-de-Haute-Provence toujours, c'est un plateau de lavande qui attire certains touristes.

Aperçu dans un célèbre feuilleton chinois, il est devenu un véritable lieu de pélerinage pour les fans. Depuis le début de la diffusion de la série, le guide Guoqiang Zhang y organise des excursions : "En Chine, on a une culture particulière. On veut toujours aller dans les endroits que l'on a vu sur une brochure ou à la télévision. On a envie de prendre une photo et la diffuser sur les réseaux sociaux".

Les champs de lavande de Valensole prisés des touristes chinois

Les champs de lavande de Valensole prisés des touristes chinois

© Capture d'écran

En sachant que les Chinois représentent 60% du tourisme, les régions cherchent à tirer profit de cette clientèle. Le chiffre d'affaire de certaines boutiques a même augmenté de 40%. Le phénomène n'est pas prêt de s'arrêter, puisque le Lac de Sainte-Croix a été repéré pour une série prochainement diffusée en Chine et à Taïwan.
A Bergues, on en sait quelque chose. Depuis la sortie de "Bienvenue chez les Ch'tis", la fréquentation de la ville du Nord a doublé !


Le décor, un personnage à part entière

Autre film présenté jeudi en compétition à Cannes,  "Rester Vertical" d'Alain Guiraudie a pour paysage le marais poitevin. Le cinéaste s'est même entouré de l'association "La Frênaie", qui veille à la survie du lieu, pour créer des décors particuliers. Julien Le Guet, animateur au sein de la structure, s'est donc retrouvé, avec grand plaisir, premier assistant décorateur sur le tournage : "Cette posture d'accompagnateur est quelque chose que l'on aimerait faire plus souvent. Notre association fait en sorte que les tournages respectent le marais".

Reportage : M-N. Missud / T. Chapuzot / S. Bourin

La Dordogne ("La mort de Louis XIV"), le Lot-et-Garonne, le Pas-de-Calais ("Ma Loute) font eux aussi partie de ces départements qui s'affichent sur les écrans du festival de Cannes. Une France qui ne cesse de séduire, le grand comme le petit écran.